Samedi 18 janvier 2020 | Dernière mise à jour 18:18

Insolite Un roi du tri sommé de se justifier

Depuis l’introduction de la taxe sur les déchets, un retraité vaudois est devenu un expert du recyclage. Sa commune lui reproche de ne pas jeter assez!

Armando Di Marco, qui trie tout minutieusement, est choqué par la lettre de la syndique d’Aclens (VD)le menaçant de dénonciation.

Armando Di Marco, qui trie tout minutieusement, est choqué par la lettre de la syndique d’Aclens (VD)le menaçant de dénonciation. Image: Jean-Guy Python

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Aclens (VD): son église, sa zone industrielle… et sa déchetterie dernier cri. Depuis 2013, les quelque 540 habitants de ce village à mi-parcours entre Morges et Cossonay sont priés de se rendre exclusivement à la déchetterie communale pour déposer leurs poubelles (ouverte 1 h 30’ deux soirs par semaine ou le samedi matin). Les autorités locales font partie des rares communes vaudoises (10%) à avoir adopté la taxe au poids pour appliquer le principe du pollueur-payeur en matière d’ordures ménagères. Et pour cause: Aclens abrite depuis une dizaine d’années la société EcoWaste, qui n’est autre que l’importateur exclusif des conteneurs Molok, devenu leader suisse des systèmes de pesage de déchets.

Villageois suspectés de frauder

Si la solution est onéreuse en comparaison à la taxe au sac (12 000 fr. par conteneur à pesée), elle offre la possibilité à une commune de connaître précisément la quantité de déchets générés par ses administrés, les données étant conservées nominativement par voie électronique. A Aclens, il y a six semaines, les autorités se sont aperçues que certains villageois n’avaient pas déposé le moindre sac-poubelle dans les conteneurs depuis le début de l’année. «Dans le cas où il s’agit d’un oubli de votre part, nous vous invitons à vous rendre sans tarder à notre déchetterie pour éliminer vos ordures ménagères», a réagi la syndique des lieux dans un courrier adressé aux habitants suspectés de fraude. «Sans réponse de votre part d’ici au 31 mai 2015 et conformément à notre règlement communal, nous pourrions être amenés à vous dénoncer à la préfecture.»

«Si le Municipalité me dénonce, ce sera l’occasion de mettre les choses sur le tapis», fulmine Armando Di Marco, Italien de 76 ans, habitant d’Aclens depuis 1978. «Je ne vais pas aller à la déchetterie à chaque fois que je vide une boîte de conserve!» poursuit cet ex-taximan indépendant, devenu expert du recyclage depuis l’introduction de la taxe au poids. «Ma rente AVS est de 1 750 fr., je dois faire attention.» Si bien que le retraité n’a toujours pas rempli le sac-poubelle 35 litres de sa cuisine depuis… le début de l’année. «Je vis seul, j’ai mon propre compost au jardin, et je ramène les emballages de mes achats au centre commercial. Tout le reste je trie; je ne peux pas faire plus!»

Encaisser: «pas l’unique but»

«Si les personnes concernées par notre courrier recyclent au maximum leurs ordures, c’est très bien pour tout le monde, mais il ne s’agit que d’un faible pourcentage de la population, réagit la syndique d’Aclens, Françoise Wüthrich. Notre but n’est pas seulement d’encaisser de l’argent, mais d’éviter d’incinérer des déchets. C’est pour le bien de la planète. Et on ne veut pas non plus retrouver les poubelles dans nos forêts.»

Pour rentrer dans le rang, Armando Di Marco a cru bon de remplir des sacs poubelles avec toutes sortes de déchets de jardin et de les déposer dans un Molok peseur, afin de gonfler sa production de «déchets». Et tant pis pour le recyclage.

Créé: 18.06.2015, 12h51

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.