Dimanche 24 juin 2018 | Dernière mise à jour 16:34

Canton de Fribourg Une charte éthique encadre la prostitution

La charte rappelle les principes de la prostitution «libre», issus de la jurisprudence de la Cour de justice de l'Union européenne.

La charte rappelle aussi que la rémunération doit être intégralement versée aux travailleurs et travailleuses du sexe.

La charte rappelle aussi que la rémunération doit être intégralement versée aux travailleurs et travailleuses du sexe. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une charte éthique s'impose désormais aux personnes actives dans la prostitution dans le canton de Fribourg. Son respect devient une condition à l'octroi de l'autorisation d'exploiter un établissement.

La charte est disponible en ligne dans cinq langues (français, allemand, anglais, espagnol et roumain), a indiqué lundi la Direction de la sécurité et de la justice. Elle sera affichée dans les établissements de prostitution.

Ce texte rappelle les principes de la prostitution «libre», issus de la jurisprudence de la Cour de justice de l'Union européenne. La prostitution est considérée comme «libre» si elle est exercée hors de tout lien de subordination en ce qui concerne le choix de cette activité, ainsi que les conditions de travail et de rémunération.

La charte rappelle aussi que la rémunération doit être intégralement versée aux travailleurs et travailleuses du sexe. Elle détaille en outre les exigences en matière de santé, de dignité et de sécurité: rapports protégés, pas d'incitation à l'alcool, consommation de stupéfiants interdite, droit de refuser une prestation, dénonciation en cas de mise en danger ou de tentative de contrainte.

Centaines de contrôles

La charte a été présentée aux responsables d'établissements lors de deux soirées d'information fin janvier. Ceux-ci l'ont accueillie favorablement, précisent les autorités cantonales.

La commission consultative cantonale dans le domaine de la prostitution a publié récemment son rapport 2017. Au 1er janvier 2018, le canton comptait 27 salons soumis à autorisation, dont 20 en ville de Fribourg.

La police cantonale a visité 240 fois les salons de prostitution et 12 fois les cabarets. Elle a procédé à 700 contrôles de travailleuses du sexe et a établi une trentaine de contacts avec des personnes actives sur internet. Vingt dénonciations ont été établies en lien avec la loi fédérale sur les étrangers. (ats/nxp)

Créé: 12.02.2018, 11h29


Sondage

Serbie-Suisse: La célébration de l'aigle de Xhaka et Shaqiri vous a-t-elle choqué?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.