Samedi 7 décembre 2019 | Dernière mise à jour 12:05

Suisse Utilisation de morphine en hausse dans les hôpitaux

Une étude d'Helsana et de l'hôpital de Bâle publiée par la presse dominicale révèle une augmentation de 70% de l'antidouleur.

Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La consommation de morphine en hospitalisation ambulatoire s'est accrue de 70% en 2017. Tel est le constat d'une étude menée par Helsana en collaboration avec l'Hôpital universitaire et l'Institut de médecine pharmaceutique de Bâle, rapporte Le Matin Dimanche.

La hausse de la consommation s'explique d'une part par l'augmentation des prescriptions de cet antidouleur dans les établissements psychiatriques. La morphine remplace de plus en plus souvent la méthadone qui est administrée aux toxicomanes en substitution de l'héroïne, car elle évite aux patients certains effets secondaires.

Mais cette hausse s'inscrit aussi dans une augmentation générale de la consommation d'opioïdes légaux, qui recouvrent tous les antidouleurs, écrit l'hebdomadaire. Selon les chiffres fournis par Interpharma, l'association des entreprises pharmaceutiques suisses, la vente d'opioïdes a augmenté d'environ 50% entre 2010 et 2017, passant de 1,27 million à 1,82 million d'unités vendues. Des chiffres qui traduisent un nouveau rapport à la douleur. (ATS/nxp)

Créé: 06.01.2019, 09h33

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.