Mardi 17 septembre 2019 | Dernière mise à jour 06:14

Sentiers pédestres VTT et promeneurs: bientôt le divorce?

Inquiet du succès croissant des vélos électriques qui rendent la cohabitation difficile entre cyclistes et marcheurs, un conseiller national passe à l’action.

Les e-VTT, toujours plus performants, risquent d’être bannis des sentiers alpestres.

Les e-VTT, toujours plus performants, risquent d’être bannis des sentiers alpestres. Image: Robert Niedring / CORBIS

La nature est à tout le monde, mais pas n’importe comment

Le bras de fer ou plutôt de mollet s’annonce épique. Un conseiller national bâlois a déposé une motion afin de limiter l’usage du vélo tout-terrain électrique. Cette mesure vient s’ajouter à la grogne qui oppose déjà les adeptes de la petite reine et les randonneurs lorsqu’ils se croisent sur des sentiers pédestres.

Voir ces chevaliers des deux-roues dévalant, casqués, d’étroits chemins terreux avec une armure high-tech a de quoi effrayer les plus valeureux marcheurs. Jusqu’à il y a peu, le phénomène n’était que marginal. Ce n’est plus le cas. Le VTT que ce soit de descente ou de raid a de plus en plus d’adeptes. Et voilà que la technologie leur permet d’aller plus loin, plus haut et plus vite grâce au soutien d’un moteur électrique. Entre les risques de collision et les chemins détruits par les passages répétés des deux-roues, les marcheurs perdent leur sang-froid. Cela ne peut qu’envenimer la situation.

Vu le succès grandissant de ce sport qui fait le bonheur des stations en été, la cohabitation est toujours plus difficile, pour ne pas dire impossible. Plusieurs pistes sont évoquées, mais la plus simple et la plus évidente est de séparer ces activités. Certaines stations y sont parvenues ou presque. Chaque discipline a le droit d’exister. Il suffit de leur offrir un terrain de jeux.

La piétaille face aux cavaliers de l’apocalypse pourrait se révolter violemment. Et avant que les bâtons des uns ne se perdent dans les rayons des autres, il faut agir. La motion du parlementaire arrive à point. Elle doit permettre l’ouverture d’un dialogue. Ce n’est pas l’interdiction qu’il convient de viser mais de donner un cadre. La nature est belle. Elle est là pour tout le monde, mais pas n’importe comment. 

Philippe Messeiller, Rédacteur en chef adjoint.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Louez votre VTT électrique et rejoignez les sommets sans effort en profitant des paysages exceptionnels lors d’une pause sur une terrasse ensoleillée!» A l’instar de Verbier (VS), les stations de ski du pays sont de plus en plus nombreuses à miser sur l’«e-VTT» pour doper la fréquentation pendant l’été.

Le conseiller national Markus Lehmann (PDC/BS) veut pourtant mettre un frein à l’essor des «e-bikes», craignant une hausse des accidents compte tenu de la sophistication de ces vélos «pas faciles à manier». L’élu a ainsi déposé une motion demandant au Conseil fédéral «d’adopter les dispositions juridiques relatives à l’autorisation et à l’utilisation des sentiers de randonnée, ainsi que des réserves naturelles et des routes d’alpage». Une interpellation soutenue par l’Office fédéral des routes qui déplore une absence de régulation en matière d’utilisation des sentiers pédestres.

Bannir les vététistes?

Il faut dire que les Suisses sont toujours plus équipés. La NZZ am Sonntag l’a révélé hier, près de 13 000 petites reines à batterie ont été vendues l’an dernier, dont plus de 9000 modèles pourvus de la motorisation la plus puissante (1000 W, permettant d’atteindre 45 km/h), et ce, malgré la nécessité d’un permis de conduire pour deux-roues et un prix élevé (dès 3000 fr.). Un boom amené à se poursuivre, à en croire le vice-président du fabricant Scott, qui table sur une croissance de +60% cette année encore, avec la mise en vente de modèles toujours plus performants.

Les tensions entre cyclistes et randonneurs existent déjà sans moteur. «Les conflits d’usage surviennent sur les chemins étroits et lorsque les vététistes sont en descente», détaille la vice-présidente de l’association Suisse rando et coprésidente des Verts, Adèle Thorens. «Ce qui nous inquiète avec l’électrique, c’est que ces vélos permettent d’aller vite à la montée, et qu’ils vont amener des vététistes sur des sentiers où ils ne s’aventuraient pas jusqu’ici.»

Du côté de l’association Pro Vélo, son président, Jean-François Steiert, estime que la solution réside davantage dans la multiplication de tracés réservés au VTT plutôt que dans le bannissement de la petite reine des sentiers pédestres. «C’est une bonne alternative à l’interdiction, déjà appliquée par certains cantons et permettant de séparer les flux, abonde la Vaudoise Adèle Thorens. On pourrait aussi envisager d’élargir les chemins.»

Dans les Alpes vaudoises, les stations de Villars-sur-Ollon et de Gryon planchent sur l’élaboration de pistes entièrement dédiées à la pratique du VTT. «Nous pensons qu’il faut séparer pour éviter les conflits», juge le directeur de l’Office du tourisme de Villars, Laurent Michaud. «Nous avons vraiment l’intention de développer le produit VTT, la demande se fait toujours plus forte.»

Restera encore aux vététistes à cohabiter avec… les animaux, qui risquent d’être bouleversés par l’apparition de bolides tout-terrain, prévient déjà Pro Natura. On le voit, toutes les tensions ne sont pas près d’être résolues.

Créé: 23.06.2015, 07h39

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.