Jeudi 15 novembre 2018 | Dernière mise à jour 11:32

Suisse Viola Amherd: une «bâtisseuse de ponts»

Candidate à la succession de Doris Leuthard, la conseillère nationale haut-valaisanne souhaite se «mettre au service» de son pays.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Viola Amherd s'est exprimée devant la presse jeudi à Brigue (VS). Elle se définit comme une «bâtisseuse de ponts», disposant du bagage nécessaire pour accéder au Conseil fédéral.

Viola Amherd a «longuement réfléchi» avant de se lancer dans la course. Ce sont «les nombreux entretiens» menés avec son entourage et son parti ainsi que les «retours positifs de la population et du monde politique» qui l'ont encouragée à se présenter, a-t-elle déclaré.

La conseillère nationale haut-valaisanne souhaite «mettre au service» de son pays son «large réseau dans les milieux de l'économie, de la politique et de l'administration». Se «familiariser avec les dossiers, discuter, convaincre, participer à des séances le soir ou les week-ends et être en contact avec la population» font partie de sa conception du travail politique.

Minorité linguistique

Interrogée sur ses atouts par rapport aux autres candidats à la succession de Doris Leuthard, Viola Amherd n'évoque pas ses concurrents mais rappelle qu'elle aime se définir comme «une bâtisseuse de ponts». Discuter, échanger, écouter l'autre, rechercher des solutions «solides et durables» sont une priorité pour elle.

Etre une Alémanique dans un canton à majorité francophone est également un atout à ses yeux. «Je considère les différentes langues et cultures de notre pays comme une richesse».

Au chapitre des défis à relever à l'avenir, elle énumère dans l'ordre: la numérisation, la Suisse et l'Europe, la prévoyance vieillesse, la mobilité et l'explosion des coûts de la santé.

Carrière politique

Avocate de formation, Viola Amherd, 56 ans, a commencé sa carrière politique en 1992 avec une élection à l'exécutif communal de Brigue (VS). Elle a accédé à la vice-présidence de la ville 1996, puis à la présidence en 2000, poste qu'elle occupe jusqu'en 2012.

Elle a été élue au Conseil national en 2005, en remplacement de Jean-Michel Cina, élu au Conseil d'Etat valaisan. Elle a annoncé officiellement sa candidature au Conseil fédéral le 24 octobre par un communiqué de presse en raison d'une hospitalisation suite à des calculs rénaux.

Trois autres politiciens se portent candidat la succession de Doris Leuthard: la conseillère nationale bâloise Elisabeth Schneider-Schneiter, la conseillère d'Etat uranaise Heidi Z'graggen et le conseiller aux Etats zougois Peter Hegglin. Le groupe parlementaire décidera le 16 novembre du nombre de candidats qu'il proposera à l'Assemblée fédérale le 5 décembre. (ats/nxp)

Créé: 08.11.2018, 12h51

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.