Dimanche 17 décembre 2017 | Dernière mise à jour 18:31

Doubs Accord franco-suisse pour la survie des poissons

L'exploitation des barrages hydroélectriques est un des facteurs de la mort lente des poissons dans le Doubs.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Suisse et la France ont signé vendredi le règlement d'eau du Doubs pour la gestion des ouvrages hydroélectriques. L'objectif est de réduire la mortalité des poissons causée par le fonctionnement des trois barrages sur l'emblématique cours d'eau franco-suisse.

Le directeur de l'Office fédéral de l'énergie (OFEN), Benoît Revaz, et le préfet du Doubs, Raphaël Bartolt, ont signé cet accord sur le bord du Doubs à Biaufond (JU), à la frontière franco-suisse. Depuis 2012, un important programme a été lancé pour atténuer les effets dommageables des centrales hydroélectriques.

La situation écologique du Doubs franco-suisse s'est notablement détériorée ces dernières années. Face à cette évolution dénoncée par la population et les pêcheurs, la Confédération, les cantons du Jura et de Neuchâtel et les autorités françaises s'emploient à concilier la production d'énergie renouvelable avec le milieu naturel.

Trois barrages

Des nouveaux modes de gestion ont été développés, testés et ensuite formalisés dans ce règlement d'eau commun aux trois ouvrages sur le Doubs: Le Châtelot, Le Refrain et La Goule. Ce document renforce la coordination de la gestion de ces trois barrages pour réduire leur impact sur la vie aquatique.

L'exploitation des barrages hydroélectriques est un des facteurs de la mort lente des poissons, en raison notamment de la variation des débits liés aux lâchers d'eau, estiment les organisations de défense de l'environnement. Il s'agit à l'avenir de limiter les effets des variations de débit.

Les mesures d'exploitation définies dans le règlement portent sur la limitation de l'échouage et du piégeage des espèces piscicoles, ont indiqué l'OFEN et le préfet du Doubs dans un communiqué. La protection des frayères et des alevins pendant une période dite sensible, entre le 1er décembre et le 15 mai, est aussi assurée.

Suivi des mesures

L'entrée en vigueur du règlement s'accompagne de la mise en place d'un suivi des mesures pour étudier les effets des dispositions de protection de la faune. Ce procédé permettra d'évaluer au bout de 5 ans l'efficacité du nouveau mode de gestion et d'adopter, le cas échéant, des mesures complémentaires. (ats/nxp)

Créé: 13.10.2017, 15h26


Sondage

Noël représente-t-il encore quelque chose de religieux pour vous?





Sondage

Internet doit-il être accessible à tous?




Publicité

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.