Lundi 16 décembre 2019 | Dernière mise à jour 10:28

Zurich Une activiste basque refuse son extradition

L'Espagne cherchait cette femme depuis neuf ans pour des faits liés à l'ETA. Celle-ci nie toute implication et s'oppose à son renvoi.

Image: Image d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une membre de l'organisation séparatiste basque ETA, actuellement en détention à Zurich, refuse son extradition de la Suisse vers l'Espagne.

Les autorités espagnoles, qui la cherchaient depuis neuf ans, avaient émis un mandat d'arrêt international.

La femme avait été arrêtée le 8 avril dernier par les autorités zurichoises, en coopération avec l'Office fédéral de la police (fedpol). C'est la police espagnole qui avait signalé à l'époque que la suspecte se trouvait en Suisse.

En 2009, la femme d'origine espagnole avait été condamnée à une peine de prison de 6 ans et 9 mois par contumace, pour avoir servi d'intermédiaire à l'ETA. Selon le jugement de la Cour suprême espagnole, elle a accompli diverses missions pour l'organisation en Europe et en Amérique du Sud. La femme avait disparu des radars depuis 2007.

Aveux obtenus sous la torture

L'activiste nie toutes les allégations à son encontre, comme l'a dit jeudi Rolf Zopfi, de l'ONG helvétique augenauf, lors d'une conférence de presse. La condamnation a été établie sur la base de déclarations que la femme avait faites sous la torture, affirme l'organisation.

Son avocat a désormais suffisamment de preuves; elles ont été fournies à l'Office fédéral de la justice (OFJ), qui décidera de l'extradition. Lors de son premier interrogatoire en avril, l'activiste, en possession de faux documents d'identité, s'était déjà opposée à son transfert vers l'Espagne.

L'organisation augenauf demande pour sa part instamment aux autorités suisses de ne pas extrader l'activiste en Espagne. Leur avocat a rappelé que, conformément à la Convention contre la torture et à la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), il est interdit d'accorder une demande d'extradition si elle est fondée sur des déclarations obtenues sous la torture. (ats/nxp)

Créé: 09.06.2016, 20h19

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.