Jeudi 21 novembre 2019 | Dernière mise à jour 07:27

Zurich Des activistes du climat bloquent nos banques

Les protestataires accusent les deux grandes banques suisses de financer des actions nuisibles pour le climat. A Zurich, la police a évacué les manifestants.

Les manifestants bloquent l'entrée du Credit Suisse à Zurich ce 8 juillet 2019.
Vidéo: Keystone

Galerie photo

Des activistes du climat bloquent la Paradeplatz

Des activistes du climat bloquent la Paradeplatz Les protestataires accusent les deux grandes banques suisses de financer des actions nuisibles pour le climat, ce 8 juillet 2019.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des manifestants en faveur de la protection du climat ont bloqué lundi matin tôt les entrées des sièges de Credit Suisse à Zurich et d'UBS à Bâle avec des sit-in. A Zurich, la police a évacué les manifestants.

La police de la ville de Zurich a confirmé une intervention au Paradeplatz. Selon les activistes, «plusieurs centaines» de personnes étaient présentes. Pots de fleurs et vélos ont aussi été placés devant des portes.

Les protestataires demandent à la place financière suisse de se retirer du charbon, du pétrole et du gaz, a revendiqué «Collective Climate Justice» sur Twitter. Ils accusent les grandes banques suisses de financer des actions nuisibles pour le climat.

Les protestataires demandent à la place financière suisse de se retirer du charbon, du pétrole et du gaz, a revendiqué «Collective Climate Justice» sur Twitter. Ils accusent les grandes banques suisses de financer des actions nuisibles pour le climat.

Plus de 60 arrestations à Zurich

L'action à Zurich a commencé vers 6h30, a indiqué la police municipale qui a dénombré une septantaine d'activistes. Vers 9h30, la police a commencé à les évacuer. L'opération a pris fin vers 13h00. Au total, 30 femmes et 34 hommes âgés de 15 à 65 ans ont été arrêtés et mis à disposition du Ministère public et du juge des mineurs.

A Bâle, ils étaient environ 50 activistes. La police s'est montrée très discrète. Elle n'est intervenue qu'après le dépôt d'une plainte. Vers 14h15, elle a informé les manifestants qu'ils devaient les lieux. Comme ceux-ci ne réagissaient pas, elle a commencé à les évacuer.

Dans un communiqué, Greenpeace a demandé la libération immédiate de tous les militants. Selon les informations dont dispose l'organisation écologiste, ils seront libérés au plus tôt mardi, une situation jugée «inacceptable». (ats/nxp)

Créé: 08.07.2019, 08h04

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.