Dimanche 21 juillet 2019 | Dernière mise à jour 00:35

Suisse Affaire Bastos: enquêtes abandonnées

Le financier suisso-angolais et sa société sont libérés des accusations de blanchiment d'argent.

L'affaire concernant Jean-Claude Bastos avait surgi à la suite de la publication des Paradise Papers en novembre 2017.

L'affaire concernant Jean-Claude Bastos avait surgi à la suite de la publication des Paradise Papers en novembre 2017. Image: WikiCommons

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Ministère public de la Confédération (MPC) a clos toutes les enquêtes liées à Jean-Claude Bastos et Quantum Global. Avec la clôture de toutes les investigations, Jean-Claude Bastos franchit une étape supplémentaire vers sa réhabilitation complète, indique jeudi Quantum Global. Les accusations formulées contre le financier et sa société, basée à Zoug, sont sans fondement. Les enquêtes ont été closes le 27 juin.

L'abandon de l'enquête, ouverte contre inconnu, fait suite à la libération de prison de l'homme d'affaires en mars dernier en Angola. Un accord à l'amiable avait été trouvé entre son groupe Quantum Global et le Fonds souverain du pays. Toutes les accusations d'infractions pénales portées à son encontre avaient été abandonnées.

Actifs débloqués

La procédure a été close fin juin, confirme le MPC à Keystone-ATS. Ce dernier avait annoncé en mai 2018 avoir ouvert une enquête pour blanchiment d'argent dans cette affaire et mené plusieurs perquisitions. Les autorités suisses enquêtaient sur d'éventuels délits contre le Fonds souverain angolais et la Banque nationale angolaise.

La libération de Jean-Claude Bastos ne permettant plus de prouver l'existence d'une infraction, le MPC n'était plus en mesure d'établir un éventuel blanchiment d'argent en Suisse, précise-t-il.

La Haute Cour anglaise avait rejeté en mars le gel mondial des comptes de Quantum Global et de Jean-Claude Bastos. Le MPC a par la suite débloqué les actifs gelés du groupe.

Paradise Papers

L'affaire avait surgi à la suite de la publication des Paradise Papers en novembre 2017. De graves accusations contre le groupe Quantum avaient été lancées.

Pour mémoire, après les révélations des Paradise Papers, l'ancienne conseillère fédérale Ruth Metzler avait quitté fin 2017 le comité consultatif du groupe Quantum. Elle avait alors expliqué sa décision par les graves accusations sur de «prétendues pratiques commerciales en Angola». (ats/nxp)

Créé: 04.07.2019, 17h05

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.