Dimanche 17 novembre 2019 | Dernière mise à jour 13:16

Pédophilie Affaire Beau-Soleil: Une nouvelle victime témoigne

L’ex-directeur d’internat du collège Beau Soleil sera rejugé demain en appel à Lausanne. «Le Matin» a retrouvé une de ses premières victimes.

Il demande une visioconférence!

Mister Luc* pourrait-il voir sa sentence aggravée? «Non. Pas dans ce cas car le ministère public avait requis 24 mois de prison à l’époque et le tribunal en avait finalement infligé six de plus à Mister Luc, ce qui est rare», rappelle Me Véronique Fontana, avocate de deux de ses victimes.

Contrairement à son abuseur, qui n’a pas répondu à nos sollicitations, David Cloux se présentera au tribunal pour aller au bout de son combat. «J’ai recensé douze victimes de Mister Luc dont neuf à Beau Soleil, moi compris, et trois au Canada. J’ai parlé avec toutes sauf une», récapitule l’architecte helvético-britannique de 29 ans. Lequel ne serait pas surpris que Mister Luc ait laissé d’autres victimes derrière lui lors de son passage à la Future Window International School de Riyad (Arabie saoudite) de 1999 à 2000.

De nouvelles pourraient également se faire connaître au Canada. En effet, la Holy Trinity School, où a sévi Mister Luc de 1986 à 1992, avait lancé un appel à témoins auprès de ses anciens («Le Matin» du 5 janvier), et l’Albert College, où il avait travaillé ensuite en 1995-1996, vient de faire de même.

À noter que Mister Luc a demandé une nouvelle expertise psychiatrique via son avocat, Me Olivier Burnet, qui avait plaidé pour une «sentence clémente» lors du procès. Expliquant ne pas pouvoir se déplacer vu son état de santé et celui de ses finances, Mister Luc propose de se soumettre à cette expertise par vidéoconférence. Il est peu probable que cette demande, qui retarderait le jugement, soit entendue.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Demain se tiendra à Lausanne au Tribunal cantonal le procès en appel de Mister Luc*. Le 24 mai dernier, l’ex-directeur d’internat du Collège Beau Soleil de Villars-sur-Ollon (VD) écopait de 30 mois de prison pour actes d’ordre sexuel avec des enfants et contrainte sexuelle suite à la plainte de deux élèves dont il avait la charge en 2003-2004. Bien qu’absent lors de son procès, le Canadien de 58 ans, qui se terre dans son pays, avait fait appel illico de cette sentence. Notre enquête avait montré dans les mois suivants, que ces actes n’étaient pas isolés («Le Matin» du 26 décembre). En 1997, un premier procès pour des faits similaires, datant de 1988-1990, avait eu lieu au Canada. Grâce à un ténor du barreau, Mister Luc s’en était tiré avec un casier judiciaire vierge.

Apprécié des parents

Récemment, «Le Matin» a retrouvé une victime plus ancienne encore de Mister Luc. Ce père de quatre enfants a désormais 49 ans. Il est originaire de la même petite ville de New Glasgow que l’ex-directeur du collège vaudois et officie aujourd’hui comme professeur d’éducation physique dans une école secondaire californienne. «Il y a deux ou trois ans, j’ai croisé Luc dans un petit magasin. Il m’a reconnu et m’a même salué», raconte Jeffrey Fox. Aux alentours de 1983-1984, Mister Luc avait 24 ans et coachait l’équipe de softball des New Glasgow Rangers à laquelle appartenait Jeff. À l’époque, le futur chef d’internat du Collège Beau Soleil était à mille lieues du personnage viril, charismatique, autoritaire et colérique qu’il semble s’être construit par la suite. «Tous les membres de l’équipe étaient convaincus qu’il était gay et cette impression était renforcée par le fait qu’on ne l’avait jamais vu avec une fille», se souvient Jeffrey Fox. Mister Luc* semblait déjà apprécié des parents de ses protégés. «Les miens le connaissaient bien car mon père et son beau-père étaient proches pour avoir mis sur pied ensemble un programme de hockey dans la région», explique Jeff. Le jeune garçon est donc très surpris lorsque Mister Luc s’attaque à lui lors d’un déplacement à Charlottetown avec l’équipe pour un tournoi. «Luc s’est glissé dans mon lit alors que je dormais et a commencé à me caresser le sexe. Mais dès que je me suis réveillé, il est parti. Et le lendemain, il se comportait comme si rien ne s’était passé. Comme à son habitude, il a été dévoué et très engagé avec nous! À tel point que je me demandais si je n’avais pas rêvé. J’ignore si j’ai été le premier ou le seul à l’époque», explique Jeff.

Souvenirs longtemps refoulés

Le Canadien confesse ne pas avoir été traumatisé outre mesure par l’incident. Tout au moins consciemment. Il avait même fini par totalement l’oublier jusqu’à ce que le souvenir lui revienne en mémoire, sans raison apparente, voici 15 ans. Le quadragénaire a cependant été touché par le combat de David Cloux, la victime de Mister Luc, qui a eu le courage de le dénoncer à la justice. «J’ai découvert son histoire en décembre en lisant l’article du Chronicle Herald et j’ai eu envie de l’appeler pour lui dire mon soutien, ce que j’ai fait. Je dois dire qu’une part de moi se sentait mal. J’aurais tant aimé préserver d’autres jeunes en réalisant pleinement qui était vraiment Luc dès l’époque de ses attouchements sur moi!»

L’auteur de cet article travaillait comme professeur au Collège Beau Soleil à l’époque des faits. *Nom connu de la rédaction

Créé: 23.04.2018, 11h48

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.