Dimanche 7 juin 2020 | Dernière mise à jour 11:17

Enquête Affaire Crypto: le Romand qui part à la chasse aux espions

Le Neuchâtelois Philippe Bauer est le seul Romand et le seul PLR dans la délégation parlementaire qui doit enquêter sur le scandale Crypto AG. Un mandat qu'il prend avec sérénité.

Philippe Bauer (PLR/NE) a rejoint au début de l'année la délégation des commissions de gestion, qui exerce la haute surveillance sur les questions liées au renseignement en Suisse. Un mandat qui commence fort pour le Neuchâtelois.

Philippe Bauer (PLR/NE) a rejoint au début de l'année la délégation des commissions de gestion, qui exerce la haute surveillance sur les questions liées au renseignement en Suisse. Un mandat qui commence fort pour le Neuchâtelois. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour le nouveau conseiller aux Etats neuchâtelois Philippe Bauer (PLR/NE), l'affaire Crypto AG prend une dimension tout à fait particulière en ce début de mandat. Hormis qu'il soit le seul Romand, il est aussi le seul représentant du PLR dans la délégation des commissions de gestion, qui doit mener rapidement une enquête sur ce scandale d'espionnage qui marque le début de cette législature.

Quatre nouveaux

La semaine dernière, dès la divulgation du rapport impliquant les services secrets américains et allemands dans la société «helvétique» Crypto AG, la délégation s'est saisie du dossier. Avec le nouveau Parlement, elle a changé de composition. On y trouve deux anciens: le président Alfred Herr (UDC/ZH) et Maya Graf (Verts/BL) et quatre nouveaux: Yvonne Feri (PS/AR), Werner Salzmann (UDC/BE), Stefan Müller Altermatt (PDC/SO) et Philippe Bauer (PLR/NE).

Un baptême du feu

La confidentialité et le secret sont au coeur des activités de cette commission qui traite du renseignement et de la sécurité de l'Etat. Elle a commencé avec l'affaire des fiches en 1992, puis les organisations P-26 et P-27 ou plus proche la crise lybienne. Pour Philippe Bauer, le dossier Crypto AG constitue donc un sacré baptême du feu: «Effectivement, cela fait un mois seulement que je suis dans cette délégation. Peut-être que cela aurait été plus agréable d'avoir un peu plus d'expérience... Mais j'ai été élu et j'ai accepté d'en faire partie en sachant bien de quoi il s'agissait. Et cette affaire en particulier n'était pas connue.»

Des figures du PLR en cause

Ce week-end, des figures de son parti, le PLR, ont été mises en cause. Il semblerait qu'une fuite d'une note de Viola Amherd à ses collègues du Conseil fédéral serait à l'origine des accusations portées contre l'ancien conseiller fédéral radical Kaspar Villiger et d'autres élus PLR et membres du conseil d'administration de Crypto AG ces dernières années.

Sur le plan cantonal

Etant le seul représentant du PLR dans la délégation, Philippe Bauer devient soudainement un parlementaire avec qui il faut compter... Ne craint-il pas d'être sous pression, notamment pour la stricte confidentialité requise dans sa fonction? «Le mandat et les tâches de cette délégation concernent des sujets sensibles, répond-il. Le principe veut que tous les partis gouvernementaux soient représentés, ainsi qu'un parti non-gouvernemental. J'ai déjà vécu ce genre de situation sur le plan cantonal avec la commission d'enquête sur Frédéric Hainard. C'est le même genre de travail et je pense avoir les épaules assez larges pour résister à la pression.»

En tout cas, le voilà au coeur du cyclone Crypto AG: «On n'est pas élu seulement par beau temps et pour boire des apéros», plaisante-t-il en guise de conclusion.

Eric Felley

Créé: 17.02.2020, 11h20

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.