Dimanche 29 mars 2020 | Dernière mise à jour 11:07

Lausanne Affaire Tridel: un audit épingle Olivier Français

Les rémunérations payées par Tridel sont conformes au droit mais Olivier Français aurait dû les reverser dans la caisse lausannoise.

Olivier Français n'a pas été mis en cause par les deux audits de la ville de Lausanne et l'usine d'incinération Tridel.

Olivier Français n'a pas été mis en cause par les deux audits de la ville de Lausanne et l'usine d'incinération Tridel. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les rémunérations exceptionnelles octroyées par Tridel sont conformes au droit, selon les audits rendus publics mercredi. Mais les 80'000 francs destinés à Olivier Français auraient dû aller dans la caisse lausannoise. Tridel les avait remis à des associations.

La ville de Lausanne et l'usine d'incinération Tridel ont publié les résultats des audits qu'ils ont chacun commandés en novembre. En jeu: vérifier la pertinence des rémunérations extraordinaires accordées en mai 2016 à deux des administrateurs de Tridel, soit 80'000 francs destinés à Olivier Français, alors municipal, et 50'000 francs à Stefan Nellen, président du Conseil d'administration.

Selon les audits, ces versements sont conformes au droit et couvrent des heures effectuées hors cahier des charges. Olivier Français, qui est ingénieur, a mis à disposition ses compétences techniques durant les trois ans de construction de l'usine et du tunnel d'acheminement des déchets, soit près d'un millier d'heures à 80 francs.

Ces travaux sortent du cadre des tâches habituelles des membres du conseil d'administration. Le montant n'est «pas choquant» et le total d'heures entre dans «une fourchette soutenable». Mais selon l'audit du contrôle des finances de Lausanne (CFL), la somme destinée au représentant de la ville aurait dû être versée à la caisse communale, comme le prévoit le règlement communal.

Pas touché cet argent

«Je n'ai jamais touché cet argent. J'ai refusé formellement», a expliqué à l'ats Olivier Français, aujourd'hui conseiller aux Etats vaudois. Le conseil d'administration de Tridel a alors directement versé le montant à des associations d'utilité publique, choisies par Olivier Français, comme le festival du film alpin des Diablerets ou encore la défense des intérêts d'Isenau.

«Certains en font une affaire politique», observe l'élu. «Ce qui compte, c'est qu'on reconnaît qu'il n'y a pas eu d'enrichissement personnel. Le reste, c'est de la cosmétique. On me cherche des poux».

Tridel épinglée

«Sur le fond, l'audit confirme ce qu'on avait dit l'automne dernier. Il n'y a pas d'élément nouveau et c'est rassurant», a ajouté le syndic Grégoire Junod.

«Formellement, Tridel a fait le versement. Le conseil d'administration aurait dû verser l'argent à la ville. Il connaissait parfaitement le règlement», a-t-il ajouté.

La municipalité renonce à exiger des associations le remboursement des montants. Car cela risquerait de mettre en péril les missions de ces organisations.

Expertises divergentes

La ville regrette que ces rémunérations extraordinaires n'aient pas été annoncées lors de l'assemblée générale du 20 juin 2016. Selon l'audit du CFL, le règlement du conseil d'administration l'exigeait. Un avis que ne partage pas le second audit, réalisé par la fiduciaire BDO. Sur ce point, les deux expertises divergent.

BDO estime que, pour des raisons comptables, ces montants auraient dû être versés au fur et à mesure de l'avancement des travaux. L'octroi de l'indemnité en fin de mandat est «maladroit» car c'est susceptible de créer la confusion avec une indemnité de départ, écrit la fiduciaire.

Départ du président

Dans un communiqué, Tridel s'est félicité des conclusions de l'audit «qui ne révèlent pas de problème de fond». L'entreprise reconnaît qu'il aurait été «plus opportun» de verser ces rémunérations au fur et à mesure de l'avancement des travaux de l'usine.

Stefan Nellen, qui présidait depuis 2002 le conseil d'administration, a souhaité mettre un terme à son mandat à fin septembre, pour se consacrer entièrement à de nouveaux mandats. La société est «parfaitement gérée et saine au niveau financier», souligne Tridel. Jean-Daniel Luthi, vice-président, assurera l'intérim jusqu'à la nomination du nouveau président de la SA. (ats/nxp)

Créé: 18.04.2018, 11h58

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.