Vendredi 19 juillet 2019 | Dernière mise à jour 12:10

Votation 28 février - Genève L'agrandissement du musée d'art refusé

Au niveau cantonal, le crédit nécessaire à la libération de la caserne des Vernets a été accepté.

Il faut remonter à 2007 pour trouver autant d'objets cantonaux en votation.

Il faut remonter à 2007 pour trouver autant d'objets cantonaux en votation. Image: Archives/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les oppositions multiples auront eu raison du projet de rénovation et d'agrandissement du Musée d'art et d'histoire (MAH) de Genève. Le crédit de réalisation a été refusé par 54% les citoyens de la Ville de Genève. Ce résultat se base sur 95% des bulletins rentrés.

«Le Conseil administratif prend acte avec regret de ce résultat», a déclaré dimanche devant les médias Sami Kanaan, magistrat en charge de la Culture. Selon lui, les modifications apportées au projet initial de l'architecte français Jean Nouvel, l'amélioration récente de la convention passée avec la Fondation Gandur pour l'art et la présentation du projet scientifique n'ont pas suffi pour convaincre.

L'exécutif municipal promet de se remettre au travail comme il l'avait fait pour le projet du Musée d'ethnographie, refusé une première fois par le souverain en 2001. En l'absence de plan B pour le bâtiment centenaire du MAH, il faudra partir de zéro. Une feuille de route pour un nouveau projet, tenant compte des critiques, sera présentée avant l'été, a assuré Sami Kanaan.

Son collègue Rémy Pagani, en charge des constructions et de l'aménagement, a précisé la méthode: définition d'un cahier des charges avec tous ceux qui voudront y participer sur la base des missions du musée, dépôt d'un crédit d'étude comprenant un concours d'architecture international, désignation du jury et demande du crédit de réalisation du nouveau projet.

Convention caduque

L'exécutif municipal se dit très inquiet au sujet du musée, qui n'a jamais fait l'objet d'une rénovation. Une fermeture n'est pas souhaitable, mais une évaluation de l'état du bâtiment sera réalisée afin d'assurer la sécurité des œuvres, du personnel et du public.

Sami Kanaan craint aussi que le «non» de dimanche ne soit peut-être mal compris par les mécènes. «Il faudra leur redonner confiance», a-t-il relevé. La moitié du crédit de 132 millions de francs, destiné au projet et attaqué par voie référendaire par l'UDC, Ensemble à gauche et Patrimoine Suisse Genève, était assurée par des dons privés. Le résultat de dimanche annule tout.

La Fondation pour l'agrandissement du MAH, qui a récolté 11 millions de promesses de dons, est désormais dissoute. Et la Fondation Gandur pour l'art, de l'homme d'affaires Jean Claude Gandur, qui devait verser 20 à 40 millions en échange du prêt et de l'exposition pendant 99 ans d'une partie de ses collections d'antiquités et de peinture, a annoncé que la convention avec la Ville est caduque.

«Pas de rénovation seule»

Alors que cette convention était vivement critiquée, Sami Kanaan réaffirme que «les choses étaient très transparentes». Il entend continuer dans cette direction, en respectant les règles «de transparence et de primauté de l'intérêt public».

L'urgence de la rénovation du bâtiment étant reconnue par tous, le comité référendaire préconise d'aller de l'avant. Pour la Ville, la rénovation seule n'est pas une option. Elle figerait le bâtiment dans sa conception de 1910, sans tenir compte des besoins de la population. En outre, elle coûterait davantage que les 65 millions de fonds publics prévus initialement.

Statu quo quant aux allégement fiscaux

Ni l'initiative socialiste visant à supprimer les allègements fiscaux octroyés aux entreprises ni son contreprojet n'ont convaincu les électeurs. Les deux objets ont été refusés par respectivement 58,84% et 50,30% des suffrages.

Le Conseil d'Etat avait qualifié cette initiative de «masochiste», car elle s'en prenait à un instrument de promotion économique qui favorise la création, l'implantation et la restructuration d'entreprises, tout en garantissant une économie diversifiée. Il avait donc élaboré un contreprojet qui précisait, dans la loi, les conditions d'octroi.

L'initiative s'en prenait aux allègements des impôts cantonaux et communaux sur les capitaux et bénéfices octroyés pour une durée maximale de dix ans. Selon le canton, cet outil ne concerne majoritairement pas les multinationales. Il a été employé essentiellement entre 1995 et 2001, pour revitaliser un tissu économique extrêmement précarisé.

Deux mesures d'économies acceptées

Les Genevois ont accepté deux des trois coupes budgétaires du gouvernement. Ils ont dit «oui» aux révisions des barèmes de subvention des locataires (52,02%) et des subsides d'assurance-maladie (50,26%). Mais ils ont refusé à 55,88% la baisse des prestations complémentaires.

Prévues lors de l'élaboration du budget 2015 du canton de Genève, l'ensemble de ces coupes devaient rapporter 14 millions de francs d'économies environ. Celles-ci se monteront désormais à 10 millions environ. Ces mesures étaient combattues par voie référendaire par les associations de défense des aînés (AVIVO) et des locataires (ASLOCA). (ats/nxp)

Créé: 28.02.2016, 12h10

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.