Lundi 1 juin 2020 | Dernière mise à jour 00:00

Asile L’aide d’urgence a coûté près de 57 millions en 2011

Le coût de l'aide d'urgence pour les requérants d'asile déboutés a été l'an dernier de près de 57 millions pour les cantons. Les bénéficiaires provenaient essentiellement du Nigeria, de Tunisie et de Serbie.

En 2011, 10’166 personnes tenues de quitter la Suisse ont perçu des prestations de l’aide d’urgence durant 115 jours en moyenne.

En 2011, 10’166 personnes tenues de quitter la Suisse ont perçu des prestations de l’aide d’urgence durant 115 jours en moyenne. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En 2011, 10’166 personnes tenues de quitter la Suisse ont perçu des prestations de l’aide d’urgence durant 115 jours en moyenne, indique un rapport de l’Office fédéral des migrations (ODM) publié mercredi. Le coût de cette aide a été de près de 57 millions pour les cantons, une somme indemnisée par la Confédération.

Les bénéficiaires de l’aide d’urgence provenaient essentiellement du Nigeria (17,6%), de Tunisie (6,8%) et de Serbie (5,9%), précise ce rapport de suivi sur la suppression de l’aide sociale. Près de 80% d’entre eux étaient des hommes, âgés pour plus de la moitié d’entre eux de 18 à 29 ans.

Le versement de ces prestations a engendré des coûts se montant à 56,7 millions de francs pour les cantons en 2011, révèle encore le rapport, soit une hausse de 13 millions de francs par rapport à l’année précédente due en grande partie à la hausse des demandes. Au cours de la période examinée, chaque bénéficiaire a coûté en moyenne 48 francs par jour. Les frais d’hébergement se sont élevés à 29,2 millions de francs (51%), les frais médicaux à 14 millions (25%), les frais d’assistance à 13,3 millions (23,5%) et ceux de transport à 200’000 francs (0,5%).

Une réserve de 57 millions

Pour faire face à ces dépenses, la Confédération indemnise les cantons en leur versant un forfait unique de 6000 francs par décision de non-entrée en matière (NEM) ou négative. Depuis l’introduction de l’aide d’urgence en 2008, les cantons ont ainsi pu constituer une réserve d’environ 57 millions de francs, ayant reçu 196,5 millions des autorités fédérales et n’en ayant dépensé que 139,5.

«Cet argent doit servir pour les années où il y aura plus de bénéficiaires de l’aide d’urgence», a indiqué à l’ats le porte- parole de l’ODM, Michael Glauser, précisant qu’il ne pouvait pas être destiné à d’autres usages.

L’an dernier, les cantons ont reçu de la Confédération des forfaits d’aide d’urgence à hauteur de 62,3 millions de francs, soit précisément 6116 francs par personne, selon le rapport.

Plus de demandes

En 2011, 30% des personnes ayant sollicité l’aide d’urgence cette année-là, soit 3157 individus, ont quitté la Suisse sous contrôle. Ce chiffre est en hausse par rapport à 2010 et 2009 où 17% des bénéficiaires étaient partis. Il s’explique par le fait que les requérants transférés dans un autre Etat en vertu de l’accord de Dublin sont plus nombreux.

Parallèlement, le nombre de bénéficiaires par trimestre a augmenté de manière constante, souligne le rapport. En moyenne, 5300 personnes étaient à l’aide d’urgence par trimestre en 2011 contre 4360 en 2010, soit une augmentation de 21%. Le nombre de décisions NEM et négatives entrées en force a, en amont, lui aussi connu une hausse, de 23% en moyenne l’an dernier.

Et le nombre de personnes au bénéfice de l’aide d’urgence de longue durée est également toujours plus important: depuis 2010, il a connu une hausse de 43%, concernant 1819 personnes. Trois quarts d’entre elles séjournent dans un des six cantons suivants: Vaud (405), Zurich (396), Genève (208), Berne (172), Argovie (112) et Valais (82). (ats/nxp)

Créé: 25.07.2012, 17h43