Mardi 7 avril 2020 | Dernière mise à jour 19:38

Inquiétude L'aîné poignardé à Bienne voulait acheter 2 litres de lait

Le client poignardé dans un supermarché est une personne en situation de handicap léger qui voulait faire ses courses.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'homme frappé cette semaine à l'arme blanche à Bienne ne connaissait pas son agresseur. Mercredi à 17h30, la victime, logée par une fondation, est entrée à la Migros de la place de Croix par la porte de derrière. «Il voulait m'acheter deux litres de lait», témoigne son amie.

Le septuagénaire alémanique n'a rien vu venir: resté un moment immobile au bas du tapis roulant menant à la Migros du premier étage, l'agresseur lui est tombé dessus par derrière, entre le kiosque et le restaurant.

Vu des démons

Selon un observateur, il est davantage question de démence que de radicalisation: l'agresseur qui s'est ensuite montré menaçant envers des adolescents chez Manor aurait vu des démons. La lame de son couteau a entaillé la victime à hauteur de sa joue, en coupant l'oreille. D'autres coups ont suivi, qui lui ont fait perdre trois litres de sang.

L'agresseur a déguerpi lorsque des clients du restaurant Migros ont lancé des chaises sur lui. Le blessé héliporté a reçu de la visite à l'Hôpital de l'Ile de Berne et sa vie ne serait plus en danger. Une information qui n'est toutefois pas confirmée par la police cantonale bernoise.

Boire une bière

Chez ceux qui le côtoient dans les restaurants où il aime boire une bière, le soulagement est perceptible. La victime est un homme jovial et robuste, amateur de trains électriques, souvent en balade avec des chiens qui lui sont confiés. Il aime arborer un écusson suisse sur un pull ou sur un sac.

Plaqué au sol par le service de sécurité du magasin Manor de la place Centrale, à 750 mètres de la Migros de la place de la Croix, l'agresseur qui s'est déplacé à vélo selon des témoins a été placé en détention préventive.

La police bernoise a saisi le couteau du forcené. À ce stade de l'enquête, elle ne dit rien sur les motivations du forcené.

Vincent Donzé

Créé: 01.12.2019, 13h31

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.