Lundi 21 octobre 2019 | Dernière mise à jour 22:05

Débat Les antispécistes à la rencontre des chasseurs

Pour sa prochaine édition, Jean-Pierre Seppey, président du salon Passion Nature, à Martigny (VS), veut ouvrir le dialogue entre les chasseurs et les antispécistes. Des mots plutôt que des cailloux.

Jean-Pierre Seppey «ose» une cohabitation inédite entre les chasseurs
et les antispécistes, à l’occasion de la 2e édition de Passion Nature.

Jean-Pierre Seppey «ose» une cohabitation inédite entre les chasseurs et les antispécistes, à l’occasion de la 2e édition de Passion Nature. Image: passionnature.ch

Edito

Les nouveaux avocats des animaux

Par leurs actions musclées, certains groupes antispécistes disent vouloir un choc culturel. Ils estiment que la vraie violence se situe dans les abattoirs, où meurent chaque année des millions d’animaux. Pour eux, il y a urgence à faire changer les choses et passer au mode végane. Mais les cailloux contre les boucheries à Genève ne font pour l’instant que briser des vitres, sans vraiment toucher leur cible, qui est l’opinion publique.

Rien ne changera dans l’urgence. Entre l’idéalisme d’un philosophe de la nature végétarien et le réalisme d’un chasseur éleveur carnivore, la distance est encore grande. Mais les mettre face à face dans un salon sur la chasse en Valais est une expérience intéressante.

Chacun porte au fond de soi une part plus ou moins consciente de la lutte que mènent les humains pour respecter les animaux. Elle a une longue histoire et fait partie de la civilisation et de l’éducation. Aujourd’hui, on apprend aux enfants à respecter les animaux. Des lois condamnent la maltraitance. Malgré tout, nous ressentons tous un malaise devant les images d’abattage ou d’usines à poulets.

En 2010, le peuple suisse avait refusé à 70% l’idée d’avocats pour les animaux. Il s’était trouvé quand même 627'000 personnes pour l’accepter… Huit ans plus tard, aucune majorité ne semble vouloir donner aux animaux une protection égale à celle de l’homme. Mais les antispécistes sont devenus les véritables avocats des animaux. Ils ne manquent pas de talents. Ils installent leurs tribunaux dans nos consciences. Mais pour atteindre l’estomac, cela reste plus difficile.

Eric Felley
eric.felley@lematin.ch

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des antispécistes invités chez les chasseurs valaisans… C’est l’étonnante rencontre prévue le samedi 26 mai prochain au CERM de Martigny. Deux membres de l’association Pour l’Égalité Animale (PEA) ont été invités à présenter leur philosophie lors d’une conférence au Salon international de la chasse, de la pêche et de la biodiversité, la 2e édition de Passion Nature.

Il a mangé un hamburger végane

Depuis le début de l’année, les antispécistes font parler d’eux par leurs actions. On se souvient de l’accrochage au Salon de l’agriculture à Lausanne ou, ces dernières semaines, du caillassage de boucheries à Genève.

Le Valais n’a pas connu d’épisode similaire et le président de Passion Nature, Jean-Pierre Seppey, fait le pari du dialogue. «Nous avons rencontré les antispécistes et j’ai même mangé un hamburger végane à la Croix-Blanche de Saint-Pierre-de-Clages (VS), ironise-t-il. L’année dernière, nous avions invité Jean-Marc Landry pour parler du loup. Souvent, les milieux de la chasse voient le monde par la lunette de leurs fusils, mais j’attache beaucoup d’importance à la défense de la biodiversité qui fait partie intégrale de la manifestation.»

Aux côtés de Dorothée Bender de la PEA valaisanne, Fabien Brunacci n’a pas hésité à accepter cette immersion chez les chasseurs et pêcheurs: «Il n’y a pas de mauvais contexte pour expliquer l’injustice faite aux animaux. Je trouve beau le geste du salon, qui nous propose d’expliquer et rendre plus accessible le concept d’antispécisme.» Que dira-t-il aux visiteurs? «On interdit aux humains de faire souffrir ou de tuer d’autres humains, mais pas de le faire à d’autres espèces animales.

Les humains ont catégorisé les animaux, les sauvages, les animaux de compagnie ou de rente. Ces catégories nous empêchent de réfléchir globalement. Je suis persuadé que nous pouvons évoluer, comme nous avons évolué par rapport à l’esclavage ou aux droits des femmes. La prochaine étape sera notre rapport avec les autres espèces.»

Préambule le 19 mai

Mais le discours antispéciste a-t-il une chance en Valais, où l’animal reste un gibier pour des milliers de chasseurs? «Souvent, reconnaît Jean-Pierre Seppey, on peut entendre dire que c’est n’importe quoi, que ce sont des cinglés, etc. Mais le but du salon est de faire entendre et de respecter la philosophie de chacun autour de la nature.» On pourra d’ailleurs observer la tolérance des Valaisans envers le mouvement antispéciste avant le salon. Ce samedi 19 mai, l’association PEA annonce une manifestation silencieuse devant les abattoirs de Sion.

Créé: 14.05.2018, 07h26

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.