Jeudi 12 décembre 2019 | Dernière mise à jour 13:40

Vacances Antonio Hodgers: «La peur a gagné»

L’initiative réclamant «Six semaines de vacances pour tous» est refusée nettement par le peuple. Le conseiller national Antonio Hodgers (Verts/GE) regrette cette issue.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je suis honnêtement déçu, car cette initiative était bien pensée: au lieu de donner plus d’argent aux travailleurs, on leur donnait du temps», explique le président du groupe des Verts dans une interview accordée à Le Matin.

«Dans notre société moderne, où les gens se sentent stressés et ont peu de moments à consacrer à leur famille, leurs enfants et leur amis, c’était important», ajoute le Genevois.

Vous pensiez sérieusement que ce texte avait une chance? L’engagement ne semblait pas total à gauche durant la campagne…

«Pour ce qui est Verts genevois, en tout cas, nous avons mis le paquet. Il y avait beaucoup d’autres objets ce dimanche et donc une concurrence entre les thèmes, mais nous nous sommes lancés dans la bataille. Chez les Verts, nous y avons cru, car nous défendons la qualité de vie. »

A quoi attribuez-vous ce non populaire?

«Nous sommes dans une situation d’incertitude économique. Même si la Suisse est moins touchée par la crise que vit l’Europe, les Suisses se rendent compte qu’il y a un risque pour l’emploi. Les gens sont préoccupés par leur travail et leurs revenus.»

«Dans ce contexte de crainte, une majorité de Suisses n’ont pas voulu donner un signal négatif en partant en vacances de manière insouciante. La droite l’a d’ailleurs très compris et a appuyé sur cette peur des Suisses».

Il n’empêche que les Suisses ont refusé toute les initiatives réclamant davantage de congés depuis plusieurs décennies – à l’exception du 1er Août.

«Peut-être, mais vous savez qu’un initiative a toujours deux buts. Le premier est de créer une majorité dans les urnes. Le deuxième n’est pas moins important : l’initiative sert à susciter un débat, à poser les bonnes questions.»

«On examinera ensuite les résultats de près et on pourra s’en servir dans les négociations paritaires futures entre patrons et employés pour les conventions collectives de travail. Ce n’est pas perdu, c’est de toute façon utile.»

Créé: 11.03.2012, 15h42

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.