Lundi 17 décembre 2018 | Dernière mise à jour 15:58

Pédiatrie Une appli au chevet des urgences

Les HUG viennent de développer un outil novateur qui aide les parents à savoir quoi faire avec un enfant malade ou accidenté. De nombreux hôpitaux s’y intéressent.

Johan Siebert (à g.) et Frédéric Ehrler présentent l’application InfoKids qu’ils ont mise au point.

Johan Siebert (à g.) et Frédéric Ehrler présentent l’application InfoKids qu’ils ont mise au point. Image: Laurent Crottet

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Faut-il se précipiter aux urgences? Attendre? Et, le cas échéant, que faire? Pour aider les parents à prendre la bonne décision lors d’un problème avec leur enfant, les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont développé une application qui fait office de véritable docteur à domicile, en les guidant de A jusqu’à Z en cas de maladie ou d’accident. Y compris, si besoin, en les connectant avec le 144 – les secours d’urgence.

Un Award médical

On sait qu’une grande proportion des consultations d’urgences pédiatriques… n’en sont pas. «Les gens ne viennent jamais pour rien. Mais ils manquent d’informations sur l’attitude à adopter», assure le Dr Johan Siebert, médecin dans ce service des HUG. D’où l’idée de l’outil, InfoKids, qu’il a mis au point avec Frédéric Ehrler, développeur au service informatique de l’hôpital, et qui a reçu à la fin de l’année dernière l’International Award 2017, un «Oscar» du monde médical récompensant le projet le plus innovant en matière de système de santé.

Après avoir téléchargé gratuitement l’appli et créé une fiche d’identification pour vous et votre enfant, en indiquant les éventuelles maladies chroniques dont il souffre et les médicaments qu’il prend, il vous suffira, le jour J, de quelques clics pour savoir comment réagir. «Dès que vous aurez précisé l’état dans lequel se trouve l’enfant, ainsi que les symptômes dont il souffre, on vous dira ce que vous pouvez faire à domicile, s’il faut consulter votre pédiatre dans les 24 heures ou s’il faut vous rendre immédiatement aux urgences», ajoute le praticien.

Dans ce cas de figure, un dernier clic informera les urgences pédiatriques de votre arrivée. «Grâce à un système de géolocalisation, nous pourrons savoir précisément quand le patient sera là. Par ailleurs, comme l’application nous aura envoyé les informations qui le concernent, nous pourrons le recevoir le plus efficacement possible, par exemple en préparant une chambre isolée et stérile, s’il s’agit d’un enfant souffrant de leucémie.»

InfoKids permet aussi de connaître l’affluence aux urgences avant d’être pris en charge par un médecin, apporte des informations sur un éventuel traitement à suivre après consultation ainsi qu’une fiche détaillée expliquant la maladie ou le traumatisme diagnostiqués aux urgences. «C’est très utile, car sur Internet on trouve tout et son contraire», précise encore l’urgentiste.

Près de 5000 Genevois ont déjà téléchargé l’application, et leur nombre augmente constamment. Par ailleurs, de nombreux hôpitaux, tant en Suisse qu’à l’étranger, sont intéressés à l’acquérir à leur tour.

Pour Iphone sur l'Apple Store
Pour téléphones Android sur Google Play (Le Matin)

Créé: 18.01.2018, 11h38

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.