Vendredi 14 décembre 2018 | Dernière mise à jour 12:47

Sauvetage L'Aquarius attend le pavillon humanitaire de la Suisse

Le bateau de SOS Méditerranée doit perdre aujourd'hui son pavillon panaméen en accostant à Marseille. La proposition des élus à Berne de lui octroyer les couleurs suisses est soutenue par une pétition qui cartonne.

L'Aquarius a déjà navigué sous pavillon de Gibraltar et de Panama. Dans un contexte politique difficile, il doit retrouver un pavillon pour reprendre la mer. Verra-t-on le petit drapeau suisse flotter sur son mat ?

L'Aquarius a déjà navigué sous pavillon de Gibraltar et de Panama. Dans un contexte politique difficile, il doit retrouver un pavillon pour reprendre la mer. Verra-t-on le petit drapeau suisse flotter sur son mat ? Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Aquarius, le bateau de sauvetage affrété par SOS Méditerranée, doit accoster aujourd'hui à Marseille. Pour l'embarcation cela signifiera la perte de son pavillon, que le Panama a décidé de lui retirer le 23 septembre dernier. Comme on ne peut retirer un pavillon en mer, c'est au moment de l'accostage qu'il est enlevé.

Dès lors, comme le précise la directrice de SOS Méditerranée Suisse, Caroline Abu Sa'da, le navire ne pourra plus reprendre la mer pour aller sauver des migrants en difficulté. Aucun autre pays ne s'est manifesté pour lui offrir un pavillon... Sauf en Suisse où trois parlementaires - Ada Marra (PS/VD) Guillaume Barrazonne (PDC/GE) et Kurt Fluri (PLR/SO) - ont déposé la semaine dernière à Berne une interpellation dans ce sens devant le Conseil fédéral, pour l'instant sans réponse.

La directrice avoue qu'elle a été «très touchée par ce geste. Le fait que des personnes du PDC et du PLR se mobilisent, cela montre que des gens croient en notre travail. Quand je vois que depuis, une pétition a été signée avec 13 000 signatures, je suis stupéfaite par la réaction citoyenne en Suisse.»

2000 signatures par jour

La pétition a été lancée par Nicolas Morel de Lausanne le 23 septembre déjà: «Elle a eu un peu de peine à démarrer, explique-t-il, mais maintenant nous faisons 2000 signatures par jour et nous nous inscrivons en soutien de la démarche des élus à Berne.»

L'Aquarius, qui est en mer depuis 2016, a déjà recueilli quelque 30 000 personnes en danger de mort. Mais ces derniers mois, les errances de la politique européenne et la pression internationale ont poussé le Panama a lui retiré son pavillon, comme il avait déjà perdu celui de Gibraltar.

Ada Marra se réjouit du succès d'une opération qui trouve un large écho dans l'opinion publique helvétique: «La réponse à notre interpellation doit venir au plus tard avant la prochaine session qui débute à fin novembre. C'est une réponse autant juridique que politique. A mon avis, le Conseil fédéral se prononcera avant ce délai car la situation est urgente.»

Le pavillon pour l'armateur

Juridiquement, la Suisse peut utiliser l'article 35 de la loi fédérale maritime qui lui permet d'accorder un pavillon pour des raisons humanitaires: «Mais, précise Caroline Abu Sa'da, il est octroyé à l'armateur, en l’occurrence une société allemande, SOS Méditerranée n'est que l'affréteur. Il faudrait des modalités administratives pour que cette société soit aussi en Suisse.»

Tradition humanitaire

Cependant, la directrice est consciente que le climat politique en Suisse, comme ailleurs, est peu favorable à la cause, et que le poids de l'UDC peut influencer la décision du Conseil fédéral: «Nous disons simplement que la pavillon n'a rien à voir avec la politique migratoire de la Suisse. Nous n'avons jamais amené de personnes à Gibraltar ou à Panama. Cela représenterait un geste qui s'inscrirait dans la longue tradition humanitaire de la Suisse pour permettre à ce navire de continuer à sauver des vies.» (Le Matin)

Créé: 03.10.2018, 11h20

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.