Lundi 24 septembre 2018 | Dernière mise à jour 17:52

Grisons Arosa renonce aux feux du 1er Août pour le bien-être de son ours

La commune grisonne a décidé de se passer des feux d'artifice pour préserver la tranquillité de Napa, le nouvel habitant du futur parc aux ours. Les habitants sont divisés.

Napa est arrivé le 5 juillet dans sa nouvelle demeure située à 2000m d'altitude, un enclos d'adaptation en attendant d'aller explorer les 30'000 m2 du parc, soit l'équivalent de quatre terrains de football, situé en bordure du domaine skiable.

Napa est arrivé le 5 juillet dans sa nouvelle demeure située à 2000m d'altitude, un enclos d'adaptation en attendant d'aller explorer les 30'000 m2 du parc, soit l'équivalent de quatre terrains de football, situé en bordure du domaine skiable. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

On le sait: Arosa compte depuis la semaine dernière un nouvel habitant, Napa, un ours de cirque arrivé de Serbie. Le plantigrade est le pensionnaire du premier centre de protection des ours en Suisse qui doit être inauguré le 3 août en présence de Doris Leuthard. Il est destiné aux ours maltraités ou maintenus en captivité. Mais à peine arrivé, Napa bouscule déjà les habitudes de la commune grisonne, raconte la Südostschweiz.

En effet, Arosa a accepté la demande de son office du tourisme et a décidé de renoncer cette année aux traditionnels feux d'artifice du 1er Août. Motif: préserver la tranquillité de l'animal pour qu'il puisse s'habituer à son nouvel environnement, explique le directeur de l'office et président de la Fondation «Ours d'Arosa», Pascal Jenny, dans une lettre adressée aux hôteliers, restaurateurs et propriétaires de maisons de vacances de la commune. La municipalité discuterait en outre de renoncer aux feux ces prochaines années également, selon le journal.

Villageois fâchés

Certains villageois sont outrés: «Ce n'est pas un ours qu'Arosa a depuis quelques jours, mais un veau d'or à qui tout est sacrifié», écrit ainsi un homme en colère au journal. «Il faut espérer que le cirque qui l'entoure se terminera bientôt et que les priorités seront rétablies.» Une autre femme est du même avis: «Pour moi, les feux d'artifice font partie intégrante de la Fête nationale. Certes, l'ours est ici, mais je trouve qu'il faut fixer d'autres priorités.»

Pourtant beaucoup d'habitants comprennent le geste, explique le Blick. Selon Pascal Jenny, de nombreuses personnes ont demandé à la commune et à l'office du tourisme de lancer un concept alternatif pour les feux d'artifice. Ceci non seulement pour préserver le nouvel ours, mais aussi la foule d'animaux sauvages qui vit en liberté dans la nature environnante ou même les chiens et chats des habitants.

Une fête bientôt sans pétards ou fusées?

Mais si la commune se passera des feux officiels, les citoyens eux ne sont pas privés de pétards et autres fusées privées. Raison pour laquelle Pascal Jenny souhaiterait qu'Arosa réinvente le 1er Août avec une fête qui se passerait d'engins pyrotechniques bruyants pour ne proposer que des chaînes de lumières, des lampions ou des feux de joie. «Nous attendons avec impatience les idées créatives des gens afin de créer une nouvelle tradition et peut-être devenir la première région de Suisse sans feux d'artifice».

Pour rappel, les citoyens d'Arosa ont approuvé le parc aux ours à une très nette majorité (78%) en novembre 2016. Ce dernier, géré par l'organisation Quatre pattes, coûte 6,5 millions de francs dont 1,2 million est couvert par le canton. Le parc, qui couvre 30'000m2 en bordure du domaine skiable, doit accueillir sept ours qui vivaient en captivité dans des conditions de détention indignes. Les coûts d'exploitation sont estimés à 320'000 francs par année. (nxp)

Créé: 12.07.2018, 09h42

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.