Lundi 21 octobre 2019 | Dernière mise à jour 19:38

Suisse Un assouplissement du 3e pilier est à étudier

Selon une étude de Credit Suisse, les femmes pourraient avoir plus de marge de manœuvre si le 3e pilier était plus souple.

Romands et Tessinois sont nettement moins portés sur la prévoyance privée que les Alémaniques.

Romands et Tessinois sont nettement moins portés sur la prévoyance privée que les Alémaniques. Image: Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un accès plus flexible au 3e pilier pourrait permettre de mieux combler les «trous de cotisations» dus aux aléas de la vie et de bénéficier d'une retraite plus confortable, suggère une étude de Credit Suisse. Les femmes notamment auraient plus de marge de manoeuvre.

Environ 55% des salariés suisses cotisent régulièrement au 3e pilier (prévoyance privée 3a), une épargne déductible des impôts qui complète, de façon facultative, le 1er pilier (AVS) et la prévoyance professionnelle obligatoire (2e pilier), selon les chiffres officiels de 2015 mis en lumière jeudi par Credit Suisse.

Femmes sous-représentées

Les femmes (51% de cotisantes régulières) sont sous-représentées par rapport aux hommes (58%). Mais à conditions comparables (niveau de revenu, situation familiale), elles sont davantage enclines à cotiser.

«La probabilité qu'une femme, à situation égale, cotise régulièrement au 3e pilier est 14% plus élevée que pour les hommes», note Credit Suisse. Mais souvent elles y renoncent pour des raisons financières. L'enquête suisse sur la population active (Espa) de l'Office fédéral de la statistique a montré qu'en 2015, le revenu brut annuel médian des femmes interrogées sur leurs habitudes de prévoyance privée était 35% plus bas que celui des hommes (51'600 francs contre 79'730).

Une partie de la différence, précise Credit Suisse, s'explique par un taux d'occupation nettement plus faible: 59% des femmes travaillent à temps partiel, contre 17,5% des hommes (chiffres 2017). A cela s'ajoutent des interruptions de revenus plus fréquentes, dues par exemple à la naissance et l'éducation des enfants.

Romands moins prévoyants

De nettes différences de comportement apparaissent en fonction de la culture et de la géographie. Romands et Tessinois sont nettement moins portés sur la prévoyance privée que les Alémaniques. La différence va parfois du simple au double.

Parmi les couples mariés disposant d'un double revenu et avec enfants, le versement annuel moyen par personne salariée au 3e pilier se situait à 1721 francs à Genève et 1886 francs à Bellinzone en 2015, contre 3314 francs à Stans ou 3291 francs à Soleure.

En moyenne suisse, il atteignait 2870 francs. Cela reste loin du montant maximal déductible des impôts, fixé à environ 6800 francs. Un potentiel important «de progression» existe donc du côté des familles, mais aussi chez les jeunes célibataires ou parmi les mères divorcées. «Il faut commencer à prévoir tôt en raison du prolongement de l'espérance de vie», a indiqué Christine Schmidt, responsable des solutions d'investissement à la banque aux deux voiles.

Or, si les Suisses commencent à investir tardivement dans la prévoyance privée, ils privilégient majoritairement le placement en liquide, moins rémunérateur que les investissements dans des fonds de prévoyance.

Augmentation des avoirs

Les avoirs du pilier 3a détenus auprès d'assurances et sur des comptes bancaires ont certes augmenté de plus de 70% en dix ans. Mais sur la grande majorité des 117 milliards de francs placés dans le pilier 3a, 58,1 milliards sont déposés sur des comptes d'épargne auprès des banques, 45,1 milliards chez les assureurs et seulement 14,4 milliards dans des fonds.

Or, explique Christine Schmid, «sur un long horizon de placement, il n'est pas rentable de rester investi dans du numéraire», mais plutôt de placer sa prévoyance privée dans des fonds associés.

Point d'interrogation

Le peu d'engouement des Suisses pour ces produits reste cependant un point d'interrogation. Comme début de réponse, les spécialistes de la banque zurichoise avancent la frilosité des épargnants pour les placements sur les marchés et la volonté de garder une certaine flexibilité garantie par des avoirs en liquide.

D'aucuns «se sentent suffisamment couverts par les 1er et 2ème piliers» et ne pensent pas à ajouter une prévoyance supplémentaire, a estimé Christine Schmid.

Une des pistes proposées pour remédier aux lacunes de cotations, survenues en raison d'une pause dans la vie professionnelle ou d'une réduction du temps de travail, serait d'augmenter le montant annuel maximal déductible des impôts, autoriser l'accès au 3e pilier aux personnes non actives et la possibilité d'effectuer des versements rétroactifs. Ceux-ci pourraient être faits en période de «prospérité financière» pour «rattraper» les cotisations qui n'auraient pas pu être versées plus tôt. (ats/nxp)

Créé: 11.04.2019, 10h18

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.