Samedi 16 février 2019 | Dernière mise à jour 23:24

Lac Léman «Pour attaquer les vagues, c’est de face et à fond»

Dimanche 10 février, au plus fort de la tempête, récit d’une traversée épique du lac Léman à bord d’un navire de la CGN, entre embruns et bourrasques.

Notre traversée du Léman, dimanche au plus fort de la tempête.
Vidéo: Sébastien Anex

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

17h13, quai A de l’embarcadère d’Ouchy, une matelote presse l’embarquement: «J’en ai marre d’être fouettée!» Au milieu des trombes d’eau et des rafales de vent, une quinzaine de passagers montent à bord du «Léman». «On est tarés» sourit, peu rassuré, l’un d’eux dans le bateau qui tangue déjà beaucoup pour une eau dite douce.

Des conditions dantesques

Quelques minutes après, les machines sont lancées. MétéoSuisse avait émis une alerte, pas besoin de voguer des kilomètres pour se rendre compte que l’Institut fédéral avait raison. Des vents balaient le lac à près de 100 km/h. Des creux de un à deux mètres se sont formés. Selon le capitaine de l’embarcation, Daniel Gonin, on se trouve ici dans les conditions limites de navigation. Aux commandes, il ne met pas le cap sur Evian, la destination finale, mais bien plus à l’Ouest: «pour attaquer les vagues, c’est de face et à fond». Le «Léman» doit s’adapter aux conditions dantesques et ne peut naviguer directement vers la France. Aujourd’hui, la traversée ne se résume pas aux 12 kilomètres usuels de la ligne, mais s’étend sur 6 supplémentaires.

Un spectacle magnifique

La proue du bateau fend des eaux démontées, qui se fracassent dans un bruit sourd. L’écume vole au-dessus de l’entier du navire. «Heureusement qu’on n’a a pas lavé les vitres ce matin» se marre un matelot. Un plus jeune collègue dit ne jamais avoir vu de telles vagues. Si le lac est traître, le spectacle est magnifique.

Au moment de débarquer à Evian, on regrette presque que le capitaine ait tenu son horaire. On aurait encore bien repris une dose de haute mer sereinement guidés par un équipage qui n’a rien de marins d’eau douce. (Le Matin)

Créé: 11.02.2019, 18h53

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.