Mercredi 20 septembre 2017 | Dernière mise à jour 21:52

Votations du 30 novembre Augmenter les réserves d'or est un «autogoal»

Un comité interpartis est monté au front jeudi à Berne pour critiquer l'initiative de l'UDC qui veut «sauver» l'or de la Suisse et sur laquelle les Suisses doivent se prononcer le 30 novembre.

un comité réunissant des politiciens de tous bords, UDC comprise, a dénoncé le texte soumis au peuple fin novembre.

un comité réunissant des politiciens de tous bords, UDC comprise, a dénoncé le texte soumis au peuple fin novembre. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'initiative pour sauvegarder les réserves d'or de la Banque nationale suisse (BNS) est dangereuse et absurde. Un «oui» du peuple le 30 novembre constituerait un autogoal, a dénoncé jeudi un comité réunissant des politiciens de tous bords, UDC comprise. Hasard du calendrier: cette conférence de presse intervenait le même jour que celle des partisans de l’initiative.

Issues des rangs des démocrates du centre, le texte exige que la BNS augmente ses réserves d'or à hauteur de 20% de ses actifs, rapatrie la part aujourd'hui stockée à l'étranger et ne puisse plus vendre de l'or. Pour les opposants, l'initiative ne parviendra pourtant pas à garantir la stabilité financière qu'elle vise.

Les métal jaune n'a plus le rôle central qu'il avait dans les années 1970 et surtout, la BNS doit être indépendante pour assumer son rôle. Or avec l'initiative, sa marge de manoeuvre serait considérablement réduite.

Extincteur inutile

Pour atteindre le niveau de réserves requis, l'institution devrait acheter pour environ 60 milliards de francs d'or sans jamais pouvoir en vendre si nécessaire. «C'est absurde, cela revient à s'équiper d'un extincteur sans pouvoir l'utiliser en cas d'incendie», ont répété les orateurs alignés derrière un modèle rouge posé sur la table.

L'indépendance de la banque nationale n'est pas une fin en soi, mais elle est indispensable pour la stabilité économique et une faible inflation, a précisé le conseiller aux Etats Alex Kuprecht (UDC/SZ). C'est elle qui a permis à la BNS un soutien décisif à l'économie via la défense d'un cours plancher de 1,20 franc par rapport à l'euro.

L'initiative n'empêcherait théoriquement pas une telle opération, mais si la banque est obligée pour se faire d'accroître ses réserves d'or, sa crédibilité sera moindre, le marché risque de douter de sa capacité de défendre la monnaie suisse, a relevé la conseillère aux Etats Karin Keller-Sutter (PLR/SG).

Or volatile

Un stock plus important comporte aussi des risques de pertes. La baisse du cours du métal jaune a obligé la BNS à comptabiliser une perte de 10 milliards en 2013. Un coup dur surtout pour les cantons qui ont droit à deux tiers des bénéfices.

L'initiative pourrait ouvrir sans raison des trous dans les budgets cantonaux, a averti Ursula Gut, ministre des finances du canton de Zurich. Avec au final des hausses d'impôts pour les citoyens et un endettement accru des cantons.

Accroître le stock d'or de la BNS n'est de toute façon pas nécessaire. Avec 1040 tonnes (soit environ 7% des actifs), la Suisse fait déjà partie avec les Etats-Unis, l'Allemagne, l'Italie, la Russie et la Chine des pays disposant de réserves très élevées.

Décentralisation judicieuse

En avoir 20% au Canada et 10% en Grande-Bretagne ne met pas la Suisse en danger. Pour Mme Gut, ce ne sont pas «des républiques bananières risquant de vouloir s'approprier soudainement cet or». Cette décentralisation est judicieuse pour que le pays puisse vendre son or sur différentes places boursières en cas de crise mondiale, a déclaré le conseiller national Dominique de Buman (PDC/FR).

La vente de 1300 tonnes d'or dans les années 2000 n'a peut-être pas rapporté autant d'argent que prévu, mais elle a donné un coup de pouce décisif à la stabilité financière et à l'emploi en Suisse. Les initiants se contredisent en réclamant l'indépendance et une interdiction des ventes, a estimé le conseiller national Urs Gasche (PBD/BE). Les syndicalistes doivent dire «non» au texte, a appelé Philipp Hadorn (PS/SO).

L'UDC s'annonce divisée. Ses délégués doivent fixer le mot d'ordre du parti samedi. Ses représentants au Parlement n'ont même pas fait bloc autour du texte balayé par les Chambres et le Conseil fédéral. Le texte a été lancé par un groupe autour des conseillers nationaux Luzi Stamm (AG) et Ulrich Schlüer (ZH). (cht/ats/nxp)

Créé: 23.10.2014, 16h11


Sondage

Etes-vous satisfait par l'élection d'Ignazio Cassis au Conseil fédéral?




Publicité

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.