Jeudi 4 juin 2020 | Dernière mise à jour 07:40

Canton du Valais Les Autrichiens volent à la rescousse de Saas-Fee

Le groupe Schröcksnadel devient le nouvel actionnaire des remontées mécaniques de Saas-Fee. Il occupera deux des cinq sièges du conseil d'administration.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'entrepreneur autrichien Peter Schröcksnadel injecte 12 millions de francs dans la société de Saas-Fee. A la faveur d'une modification de capital acceptée par les actionnaires, le groupe de l'entrepreneur autrichien devient le principal actionnaire des remontées mécaniques, a communiqué lundi l'entreprise de remontées mécaniques.

Le capital de la société a dans un premier temps été divisé par deux, passant de 28,4 à 14,2 millions de francs par une réduction de moitié de la valeur nominale des actions. Puis il a été augmenté de 6,2 millions de francs, montant totalement souscrit par le groupe autrichien.

Unanimité

L'opération sur le capital qui a permis l'arrivée de l'investisseur autrichien a été acceptée à l'unanimité, a précisé à Keystone-ATS Simon Buman, membre du conseil d'administration. Les actionnaires ont aussi accepté la dissolution de réserves pour couvrir la perte cumulée de 8,2 millions de francs au 31 juillet et procéder à des amortissements urgents.

Désormais de 20,4 millions de francs, le capital est détenu à 29,4% par le groupe Schröcksnadel, 22,7% par l'investisseur américain Edmond Offermann, 21,5% par les pouvoirs publics locaux et le solde par les petits actionnaires. Le nouvel actionnaire injecte aussi 6 millions de francs sous forme de prêt pour garantir des investissements futurs.

L'investisseur américain Edmond Offermann entend conserver ses actions dans un premier temps. En avril, l'assemblée générale avait refusé une opération similaire sur le capital qui aurait permis à celui qui était alors le principal actionnaire de devenir majoritaire. Mais à terme, il est prévu que le groupe autrichien reprenne le paquet d'actions de l'Américain pour détenir plus de 50% du capital.

Position publique raffermie

Les pouvoirs publics n'entendent pas pour autant perdre de leur influence. L'assemblée a accepté à l'unanimité une modification statutaire qui garantit à la commune et à la bourgeoisie deux sièges sur cinq au conseil d'administration pour autant que leur part ne soit pas inférieure à 15% du capital. Le nouveau conseil d'administration sera ainsi composé de Peter Schröcksnadel, de son fils Markus, d'Edmond Offermann et des représentants des pouvoirs publics Simon Buman et Oscar Supersaxo.

L'arrivée du nouvel actionnaire est perçue de manière plutôt positive. De l'avis de la commune, le groupe Schröcksnadel comprend les problèmes et les besoins de la station et les respecte. L'entreprise autrichienne gère déjà une dizaine de domaines skiables alpins, ce qui est vu comme un atout.

Le groupe autrichien voit son engagement à Saas-Fee sur le long terme, a déclaré dans une interview au Walliser Bote Markus Schröcksnadel. Mais il n'a pas caché que «nous sommes des entrepreneurs et voulons gagner de l'argent». La priorité du nouvel investisseur sera l'extension de l'enneigement mécanique. «Il y a un besoin d'agir dans ce domaine», selon Markus Schröcksnadel. (ats/nxp)

Créé: 29.10.2018, 18h56

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.