Lundi 22 juillet 2019 | Dernière mise à jour 23:29

Suisse Avec la canicule, les noyades ont augmenté

Avec la hausse des températures, les Suisses ont profité de se baigner. Avec une issue fatale à la clé à cinq reprises, la semaine passée.

Les causes de noyade les plus fréquentes chez les jeunes hommes sont de plonger dans une eau dont on ne connaît pas le fond ou se baigner sous l'influence de l'alcool ou autres drogues.

Les causes de noyade les plus fréquentes chez les jeunes hommes sont de plonger dans une eau dont on ne connaît pas le fond ou se baigner sous l'influence de l'alcool ou autres drogues. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La canicule des derniers jours a favorisé la baignade, avec pour conséquence une hausse du nombre de noyades. Rien que la semaine dernière, cinq personnes au moins ont perdu la vie de cette manière en Suisse.

Une situation peu représentative. La Société suisse de sauvetage (SSS) constate en effet une stabilisation à un niveau plancher du nombre de noyades ces dix dernières années. Et alors que les dernières victimes sont en majorité des seniors, les trois quarts sont généralement des hommes âgés de 15 à 30 ans, le public cible des campagnes de prévention de la SSS.

Au secours de son chien

Dernière victime en date, un homme non encore identifié qui s'est noyé dans la Sarine à Fribourg, dimanche après-midi. Le même jour à Rheinau (ZH), un retraité a disparu dans le Rhin, alors qu'il tentait de venir au secours de son chien. Deux jours plus tôt dans le lac de Zurich, c'est une femme de 84 ans qui s'est noyée au niveau de la plage de Meilen (ZH).

Et un jour avant à Berne, une ado de 16 ans a perdu la vie dans l'Aar. Un homme est par ailleurs porté disparu dans le Rhin à Bâle depuis près d'une semaine. Ce mois de juin toujours, deux victimes ont perdu la vie alors qu'elles naviguaient sur un bateau sur le Léman et en kayak dans les Grisons.

Interpeller le public cible

La Société suisse de sauvetage ne dispose pas de statistique sur le nombre de victimes de noyade cette année, a indiqué à Keystone-ATS son porte-parole Philipp Binaghi. Mais ce nombre a fortement reculé l'an dernier par rapport à 2016, de 58 à 37, a précisé ce dernier.

Sur dix ans, la SSS constate une certaine stabilité, avec 44 victimes en moyenne par année. Bien qu'on poursuive un objectif de «Vision zéro», il «sera difficile d'abaisser encore ce nombre», a dit Philipp Binaghi.

Sachant que trois victimes sur quatre sont des hommes entre 15 et 30 ans, c'est ce public cible que veut interpeller la nouvelle campagne de prévention menée par la SSS, en collaboration avec l'assureur Visana. Baptisée «Save your friends», elle est réalisée en ligne au moyen de diverses vidéos.

Ces dernières ne s'adressent toutefois pas spécialement à un groupe d'individus. Elles portent surtout sur la conscience de risques, la responsabilité des personnes accompagnantes. Selon Philipp Binaghi, les jeunes hommes veulent souvent dépasser les limites et s'imposer devant un groupe. Il faut alors compter sur les amis pour savoir et oser dire stop au bon moment.

Plusieurs étapes

Les causes de noyade les plus fréquentes chez les jeunes hommes sont notamment de plonger dans une eau dont on ne connaît pas le fond ou se baigner sous l'influence de l'alcool ou autres drogues.

Le but de la campagne de prévention est d'envoyer un message fort à l'attention de la génération Instagram. Une série de vidéos sera proposée ainsi que trois témoignages poignants de témoins de noyade.

«La noyade est un processus en plusieurs étapes» selon Philipp Binaghi. Il serait préférable d'interrompre ce processus dès le début. La campagne de la SSS vise à enseigner ce réflexe aux jeunes. (ats/nxp)

Créé: 02.07.2019, 12h29

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.