Lundi 22 octobre 2018 | Dernière mise à jour 17:41

Stratégie Berne accentue sa lutte contre les cyberrisques

La Confédération va créer 28 postes supplémentaires de spécialistes dans la lutte contre les cyberrisques. L'armée sera également appelée en renfort.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ce renforcement pour lutter contre les cyberrisques découle du plan de mise en œuvre de la stratégie nationale adopté mercredi par le Conseil fédéral.

Le plan, qui comprend seize mesures devant être mises en œuvre d'ici fin 2017, souligne la nécessité de renforcer les effectifs. Bien que la stratégie exclue les cas de guerre ou de conflit, le gouvernement a décidé d'appeler les militaires en renfort. Les capacités existantes de l'armée lui permettent à titre subsidiaire de participer à la réduction des cyberrisques.

Comité de pilotage

Vu qu'un grand nombre de tâches de la Confédération sont concernées et que la stratégie sera mise en œuvre de manière décentralisée, le Conseil fédéral a en outre mis sur pied un comité interdépartemental de pilotage.

Celui-ci sera chargé de coordonner les activités requises au niveau de l'administration fédérale, des cantons et du secteur privé. Il observera l'évolution des cyberrisques et soumettra des recommandations au gouvernement. A terme, la Centrale d'enregistrement et d'analyse pour la sûreté de l'information (MELANI) assumera une fonction de coordination et de direction au niveau opérationnel. D'ici 2017, elle sera la plaque tournante de l'information sur les cyberrisques.

Calendriers

Les mesures décidées ont pour but de renforcer la prévention ainsi que la gestion de la continuité et des crises. Les conditions de base essentielles restent la responsabilité individuelle, la collaboration au niveau national entre les milieux économiques et les autorités ainsi que la coopération avec l'étranger.

Le plan définit des calendriers pour les mesures à prendre et précise quels sont les organes compétents. Les capacités techniques permettant de surveiller constamment les réseaux de la Confédération devront ainsi être créées avant la fin de 2015.

L'«organe de coordination devra par ailleurs présenter d«ici fin 2013 un premier aperçu de la nécessité urgente de légiférer. Un concept destiné à combler les lacunes jugées prioritaires sera soumis au Conseil fédéral au plus tard à fin 2014.

L'office fédéral de la police élaborera de son côté, et en collaboration avec les cantons, un concept de gestion avec vue d«ensemble globale des infractions. But affiché : les cantons se prononceront au troisième trimestre 2015.

(ats/nxp)

Créé: 15.05.2013, 13h09

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.