Jeudi 9 juillet 2020 | Dernière mise à jour 23:34

Confédération Berne demande l'arrêt des combats en Syrie

Le Conseil fédéral condamne l'intervention turque en Syrie, qu'elle considère comme une violation de la charte de l'ONU et du droit international.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Conseil fédéral condamne l'intervention militaire de la Turquie dans le nord de la Syrie et appelle Ankara à cesser immédiatement les combats. Pour faciliter l'acheminement d'aide humanitaire, il a décidé mercredi d'adapter le régime des sanctions envers la Syrie.

Le Conseil fédéral considère l'intervention turque comme une violation de la charte de l'ONU et du droit international. Il demande à la Turquie de rechercher une solution politique et contribuer à une désescalade immédiate du conflit.

Seule une solution négociée dans le cadre des Nations Unies à Genève permettra de s'attaquer aux causes du conflit. Berne soutient activement les efforts déployés par l'envoyé spécial de l'ONU pour convoquer un comité constitutionnel syrien à Genève.

La Suisse a réitéré sa position à Ankara à plusieurs reprises ces derniers jours, précise le gouvernement. La semaine dernière, le ministre des Affaires étrangères, Ignazio Cassis, avait déjà critiqué l'opération militaire turque, la qualifiant de violation flagrante du droit international.

Urgence humanitaire

Le Conseil fédéral est aussi très préoccupé par les conséquences des combats, notamment sur les populations civiles. La situation humanitaire, surtout des personnes déplacées, est précaire et s'est encore plus détériorée.

Plus de 210'000 personnes ont pris la fuite dans le nord-est de la Syrie. Les organisations humanitaires peinent à répondre à la demande et sont freinées par des problèmes sécuritaires, rappelle-t-il.

Afin de favoriser l'accès et la distribution de l'aide humanitaire en Syrie, le Conseil fédéral va adapter le régime des sanctions. Les organisations humanitaires qui touchent des fonds de la Confédération et les représentations diplomatiques ou consulaires suisses pourront, si nécessaire, exceptionnellement entrer en relation avec des entités sanctionnées.

Sanctions depuis 2011

Il devra cependant être démontré qu'il n'existe pas d'alternatives équivalentes aux personnes ou entreprises sanctionnées. L'ordonnance concernée entrera en vigueur le 15 novembre 2019. La Suisse a arrêté ses premières sanctions contre la Syrie en mai 2011, suivant les mesures décrétées par l'UE.

Depuis 2011, la Confédération a versé plus de 430 millions de francs en soutien aux populations en détresse en Syrie et dans les pays voisins. Cet engagement humanitaire est le plus important de son histoire, précise le gouvernement. (ats/nxp)

Créé: 16.10.2019, 15h11

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.