Samedi 20 avril 2019 | Dernière mise à jour 16:25

Commerce Berne opte pour la traçabilité de la fourrure

Le consommateur saura dès le 1er mars d'où provient une fourrure et dans quelles conditions elle a été produite. Le Conseil fédéral a adopté vendredi une nouvelle ordonnance en ce sens.

Le consommateur saura si l'animal qui a servi à confectionner sa fourrure a été chassé ou élevé.

Le consommateur saura si l'animal qui a servi à confectionner sa fourrure a été chassé ou élevé. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'obligation de déclarer concernera les peaux d'animaux sauvages mais aussi celles de lapins. Dans un premier temps, l'Office vétérinaire fédéral (OVF) ne voulait pas appliquer la nouvelle disposition aux lapins, ni à tous les animaux domestiqués. Il estimait que cela aurait été disproportionné.

Cette restriction avait irrité la Protection suisse des animaux (PSA), qui avait rappelé que des millions de lapins sont élevés pour leur fourrure dans des conditions cruelles. L'OFV en a tenu compte.

Pour le Conseil fédéral, un juste compromis a été trouvé entre l'information due aux consommateurs et les obligations faites aux vendeurs. Ces mesures devraient avoir un impact minime sur le commerce, assure l'exécutif qui rappelle que l'identification des fourrures n'est pas obligatoire dans l'Union européenne.

1er mars 2013

L'OVF est l'organe de contrôle. L'ordonnance entrera en vigueur le 1er mars 2013. Les fourrures et les produits de pelleterie qui ne remplissent pas encore les dispositions peuvent être encore cédés aux consommateurs jusqu'au 28 février 2014.

L'ordonnance ne concernera pas les chevaux, boeufs, porcs, moutons, chèvres, yacks, buffles d'eau. Elle ne s'appliquera pas non plus aux lamas et aux alpagas.

Apposée sur le produit ou son emballage, l'étiquette indiquera les noms zoologique et scientifique de l'animal: loup et canis lupus, par exemple. Le pays d'origine devra aussi être précisé. Dans certains cas (diverses origines), on pourra se contenter de mentions régionales (Asie centrale, Scandinavie, Amérique du Nord).

Chassé ou élevé

Le consommateur saura en outre si l'animal a été chassé ou élevé. Dans le premier cas, il faudra déclarer si un piège a été utilisé ou non. Pour un élevage, il sera précisé s'il a été effectué en troupeau, en bande, en cage sur sol naturel ou en cage sur sol grillagé.

Si un produit est composé de plusieurs peaux, le vendeur ne sera tenu de fournir les déclarations exigées que pour les trois principales peaux par ordre d'importance. En principe, les informations devront être écrites dans au moins une des langues officielles de la Suisse. (ats/nxp)

Créé: 07.12.2012, 15h27

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.