Vendredi 10 juillet 2020 | Dernière mise à jour 17:37

Suisse Berset qualifie l'initiative UDC d'anti-prospérité

Alain Berset, président de la Confédération, a critiqué l'initiative pour l'autodétermination car «Pour la Suisse, opposer le droit national et les accords internationaux» est «négatif».

Alain Berset étaitlundi au Forum mondial de l'investissement à Genève où il s'est confié en marge sur l’initiative pour l'autodétermination.

Alain Berset étaitlundi au Forum mondial de l'investissement à Genève où il s'est confié en marge sur l’initiative pour l'autodétermination. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président de la Confédération estime que l'initiative pour l'autodétermination oeuvre contre la «prospérité» suisse. Alors qu'il a défendu le multilatéralisme lundi à Genève, Alain Berset dit n'avoir été interpellé par aucun dirigeant étranger sur cette votation.

«Personne ne m'en a parlé sur le plan international», malgré une longue séquence dans plusieurs pays ces dernières semaines, affirme le président dans un entretien à Keystone-ATS en marge du Forum mondial de l'investissement à Genève. «Nous sommes dans un débat de politique intérieure» et seuls les Suisses doivent prendre la décision.

«Pour la Suisse, opposer le droit national et les accords internationaux» est «négatif», dit-il. «Cette initiative nous mène sur un chemin qui n'est pas celui de la prospérité pour notre pays».

Prospérité suisse remise en question

La Suisse est le pays qui bénéficie du revenu par habitant le plus élevé au monde et l'un des taux de chômage les moins importants, fait-il remarquer. «On pourrait toujours faire mieux mais cela pourrait être beaucoup moins bien», dit le président. «Cette situation exceptionnelle dans le monde est le résultat d'une politique qui serait remise en cause avec la votation du 25 novembre».

«Peut-être qu'un immense pays, une super-puissance mondiale, pourrait encore défendre l'idée qu'on peut faire sans» les accords internationaux, dit-il. Il n'a fait allusion à aucun acteur, alors que les Etats-Unis se sont retirés de plusieurs engagements importants récemment, le dernier d'entre eux ce week-end avec le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire.

«Pays important»

De son côté, «un micro-Etat pourrait défendre l'idée que ce qui se passe ne dépend pas de lui». Or la Suisse n'est ni l'un, ni l'autre, selon le président. «Nous sommes un pays important» qui a «besoin de règles internationales claires».

«Il ne faut pas opposer le fonctionnement national au fonctionnement international. Ce n'est pas ou bien, ou bien. Ce sont les deux». La Suisse doit défendre ses intérêts tout en collaborant avec d'autres, insiste le président. Il relève qu'un tiers des emplois de ce pays «dépendent d'une bonne relation stable avec l'extérieur».

Lundi dans son discours, M. Berset a lancé un vibrant plaidoyer pour le multilatéralisme face au «repli nationaliste» observé chez certains. Ces derniers mois, la Suisse a elle-même été ciblée sur plusieurs décisions, notamment une abstention controversée au Conseil des droits de l'homme ou le refus de signer le Traité d'interdiction des armes nucléaires.

«Tous les pays ont une réflexion politique ouverte sur quelle est l'évolution du monde», dit M. Berset. «Quelle est la place des organisations internationales, celle des Etats-nations», ajoute-t-il. Lui défend l'importance de la collaboration internationale dans le monde. Et il relève également que la valeur ajoutée de celle-ci a permis à des centaines de millions de personnes de sortir «de la plus extrême des pauvretés». (ats/nxp)

Créé: 22.10.2018, 21h55

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.