Mercredi 15 août 2018 | Dernière mise à jour 20:43

Formation Bienvenue dans l’ère des cours 2.0

Le campus virtuel de l’EPFL a passé le cap des deux millions d’inscrits en provenance de plus de 200 pays. Avec 81 cours en ligne, elle est classée numéro un européen.

Le MOOC ne remplace pas le cours d’un prof, il le précède pour inviter à la réflexion.

Le MOOC ne remplace pas le cours d’un prof, il le précède pour inviter à la réflexion. Image: Photomontage «Le Matin», Istock, DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

On les appelle les MOOCs (Massive open online courses) ou cours en ligne ouverts et massifs. Accessibles sur le Web gratuitement pour la plupart d’entre eux, ces cours sont dispensés par plus de 800 universités dans des domaines aussi variés que les sciences, l’économie, l’histoire, la politique ou les arts notamment. Ouverts à tous, ces cours attirent 78 millions d’apprenants en provenance des quatre coins du monde. Vendredi, les MOOCs de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont passé le cap des deux millions de participants, depuis leur lancement en 2012. Avec ses 81 cours en ligne et une trentaine d’autres en préparation, l’établissement a été classé numéro un en Europe, par l’annuaire des cours Class Central, en termes de quantité.

«Notre best-seller est le cours sur le principe de programmation fonctionnelle Scala, qui a attiré un tiers de nos deux millions d’utilisateurs», précise Patrick Jermann, responsable des MOOCs à l’EPFL. Ce cours d’informatique lancé en 2012 fait partie du top 50 des meilleurs cours gratuits, selon Class Central. Il est dispensé via la plate-forme Coursera, entre cinq et sept heures par semaine pendant six semaines.

Prof mieux valorisé

Si la plupart des utilisateurs des MOOCs de l’EPFL ont déjà un diplôme et suivent ces cours en ligne pour compléter leurs connaissances, beaucoup ne sont autres que les étudiants de l’EPFL. «Lorsque les premiers MOOCs ont émergé, il y a eu cette peur que l’on veuille remplacer les professeurs par des vidéos. Mais au contraire. Avec nos cours dits «inversés», la valeur ajoutée du professeur est plus importante.» Au lieu d’enseigner les connaissances de base en cours, et de donner aux étudiants des exercices à faire à la maison, les professeurs invitent les étudiants à visionner un MOOC avant le cours afin qu’ils s’exercent en classe. «Nous voulons leur apprendre à réfléchir et non pas les gaver d’informations», ajoute Patrick Jermann.

Sur les deux millions d’utilisateurs de MOOC de l’EPFL, seuls 100 000 décrochent une attestation de Coursera pour marquer la fin du cursus. «Il est normal que tous n’aillent pas jusqu’au bout. Certains prennent quelques vidéos et piochent ce dont ils ont besoin», souligne-t-il. Si les apprenants souhaitent obtenir un diplôme reconnu par l’EPFL, ils le peuvent, sur demande, pour certains cours.

Sous-titrés en français ou en anglais, et même doublés en chinois, les cours sont suivis par des apprenants de plus de 200 pays. «Nous avions 2000 participants pour un cours. Lorsque nous l’avons doublé en anglais, les inscriptions ont grimpé jusqu’à 20 000. Ces cours donnent à l’EPFL une grande visibilité dans le monde et nous avons beaucoup de commentaires positifs», conclut Patrick Jermann. (Le Matin)

Créé: 13.02.2018, 17h37

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.