Samedi 11 juillet 2020 | Dernière mise à jour 03:56

Original Il fait des bijoux avec des cailloux: c'est chou!

Un orfèvre et gemmologue biennois ramasse ses pierres pas du tout précieuses autour de chez lui, à Evilard.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Où se procurer des pierres ou des métaux précieux quand le marché est au point mort et que les fonderies ne peuvent plus livrer? À cette question vitale pour sa boutique de la vieille-ville de Bienne, l'orfèvre et gemmologue Fabian Blaser a trouvé une réponse simple et efficace: sertir sur des bagues les cailloux ramassées autour de chez lui, à Evilard.

«On vous a vu à la TV», disent en entrant dans sa boutique Andrée et Gérard Dubois, un couple venu des Rasses (VD) pour faire un cadeau à leur petite-fille de bientôt 18 ans. C'est elle, Ileana, qui a eu l'étincelle en regardant lundi dernier le «12h45» de la RTS. Explication: «On a habité à Evilard pendant 40 ans et du coup, notre petite-fille aimerait porter une pierre de ce village», indique le couple à l’orfèvre.

Facettage

«C'est génial!», s'exclament les grands-parents en scrutant deux bagues disposées entre des cailloux bruts et des pierres taillées. Le facettage, Fabian Blaser l'a confié à Faik Kelmendi, un bijoutier proche de son atelier.

Le concept «Rockdown – des cailloux qui brillent» a trouvé sa clientèle. Avec ses solitaires faits du gravier de son jardin, Fabian Blaser fait un pied de nez au confinement, sa liberté de mouvement étant limitée à son domicile.

Structures

«La taille rose permet de donner aux couleurs et aux structures des cailloux grâce et brillant», indique le communiqué diffusé par Fabian Blaser, un orfère qui aime marcher et réfléchir en montagne avec son chien Bruno, lequel «mange tout, même les cailloux». Son jardin et ses alentours, sur une place de grillades comme dans la forêt, contiennent des quartzites, ces roches constituées de cristaux de quartz soudés.

Les bagues proposées en trois dimensions sont simples, avec quatre griffes pour tenir le caillou limé et fraisé. «J'ai commencé le métier comme ça il y a 25 ans, avec un simple caillou serti sur une bague», sourit Fabian Blaser, qui propose des modèles à 590, 650 et 690 francs, un prix en-deça de ses bijoux habituels.

Vincent Donzé

Créé: 25.05.2020, 15h20

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.