Samedi 30 mai 2020 | Dernière mise à jour 17:50

Vaud Les buvettes d’alpage rouvrent dans l’incertitude

Certains restaurants de montagne ont perdu plus de la moitié de leurs places pour se conformer aux nouvelles directives sanitaires liées à la crise du coronavirus.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La saison des buvettes d'alpage vient de démarrer avec un peu de retard, crise du coronavirus oblige. Si elles n'ont pas perdu trop de jours d'exploitation, elles souhaitent un assouplissement des restrictions sanitaires pour vivre un bel été.

«Les buvettes d'alpage rouvrent en général à cette période de l'année. Nous n'avons donc pas eu de pertes sur les mois précédents. Nous sommes chanceux par rapport aux autres restaurants, ceux en ville notamment», reconnaît Loïc Favre, serveur à la buvette de Châtel au col du Mollendruz (VD).

Il admet toutefois que la situation est loin d'être optimale, son établissement ayant perdu plus d'un tiers de ses tables pour se conformer aux directives de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). «Nous avions le choix entre avoir deux mètres entre les tables ou poser des parois», relève-t-il, expliquant avoir choisi la seconde option pour recevoir davantage de clients.

Comme beaucoup d'autres secteurs, les buvettes d'alpage attendent avec impatience les prochaines décisions du Conseil fédéral du 27 mai sur la suite du déconfinement. «Cela nous arrangerait beaucoup de pouvoir accueillir des groupes de plus de quatre personnes», souligne Loïc Favre.

Etre réactif

A quelques kilomètres de là, à la buvette Le Chalottet sur les hauteurs de la Vallée de Joux, on espère aussi un assouplissement des directives sanitaires. «Les conditions sont actuellement restrictives. Nous avons perdu plus de la moitié de nos places», remarque la gérante Stéphanie Favre.

Elle estime que la réussite de la saison estivale est incertaine. «Nous nous trouvons dans une situation inhabituelle et il y a encore beaucoup d'incertitudes. Nous ne pouvons faire aucune prévision», reconnaît-elle.

Dans ces conditions, il est impératif d'être «réactif» et de gérer «au fur et à mesure», raconte Stéphanie Favre. La gérante du Chalottet explique par exemple qu'elle a engagé moins de personnel pour entamer cette nouvelle saison. (ATS/nxp)

Créé: 21.05.2020, 18h21

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.