Jeudi 14 novembre 2019 | Dernière mise à jour 17:45

Enseignement Campus européen créé par cinq Universités, dont Bâle

La nouvelle entité, à cheval sur la France, l'Allemagne et la Suisse, espère développer des synergies qui doperont la recherche.

Alain Beretz (Strasbourg), Andrea Schenker-Wicki (Bâle), Hans-Jochen Schiewer (Fribourg-en-Brisgau), Christine Gangloff-Ziegler (Haute-Alsace) et Thomas Hirth (Karlsruhe), lors de la présentation de ce premier campus européen.

Alain Beretz (Strasbourg), Andrea Schenker-Wicki (Bâle), Hans-Jochen Schiewer (Fribourg-en-Brisgau), Christine Gangloff-Ziegler (Haute-Alsace) et Thomas Hirth (Karlsruhe), lors de la présentation de ce premier campus européen. Image: Eucor-Uni.org

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les alma mater de Bâle, de Strasbourg (F), de Haute-Alsace (F), de Fribourg-en-Brisgau (All) et l'Institut technologique de Karlsruhe (All) forment désormais la première Université répartie sur trois pays. Elles restent autonomes, mais constituent une seule personne juridique sur le plan du droit européen.

Appelé «Eucor - The European Campus», la nouvelle institution a été inaugurée mercredi à Strasbourg. Il s'agit de la première société européenne de collaboration territoriale portée uniquement par des universités, indique l'Université de Bâle, son seul membre suisse.

Elle permettra à ses cinq Hautes Ecoles membres de développer une stratégie commune en matière de recherche et d'enseignement, ainsi que de créer des structures scientifiques unifiées dans cette région tri-nationale. La nouvelle institution regroupe au total 115'000 étudiants, 15'000 chercheurs et 11'000 doctorants. Elle dispose d'un budget commun de 2,3 milliards d'euros (2,57 milliards de francs). L'Union européenne la soutient à hauteur de 5,5, millions d'euros (6,15 milliards de francs).

Davantage d'échanges

«Nous ne créons pas une nouvelle université mais les conditions d'une synergie, avec plus de diplômes partagés, plus d'échange de chercheurs, plus d'investissements pour des équipements partagés», a expliqué à l'AFP Alain Beretz, président de l'Université de Strasbourg. Ce dernier souligne que les cinq universités se trouvent dans un même périmètre d'une heure et demie de transports.

«Nous voulons attirer des scientifiques de pointe», a pour sa part expliqué Hans-Jochen Schiewer, recteur de l'université de Fribourg-en-Brisgau et président de la nouvelle entité, indiquant que les cinq universités pourraient faire des demandes de financement en commun auprès de structures nationales et recruter en commun des enseignants-chercheurs.

«Il est prouvé scientifiquement que la diversité - de langue, de religion - est un moteur de productivité et de qualité de la recherche», a insisté lors de l'inauguration le commissaire européen à la Recherche, Carlos Moedas. (ats/nxp)

Créé: 11.05.2016, 17h18

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.