Vendredi 6 décembre 2019 | Dernière mise à jour 07:07

Suisse La canicule de 2018 a entraîné une mortalité accrue

Selon l'Office fédéral de la santé publique, la chaleur qui a régné en Suisse en août 2018 a causé la mort de 200 personnes en plus.

A titre de comparaison, l'été 2003 avait causé le décès de 1000 victimes en plus.

A titre de comparaison, l'été 2003 avait causé le décès de 1000 victimes en plus. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En août 2018, la canicule a entraîné environ 200 décès supplémentaires. Cela représente une surmortalité de 3,4%, a indiqué jeudi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Des mesures s'imposent au vu de la multiplication des vagues de chaleur, comme en juin 2019.

A titre de comparaison, l'été 2003 avait fait bien plus de victimes: 1000 décès supplémentaires avaient été déplorés de juin à août cette année-là, portant la surmortalité à 6,9%. En 2015, durant la même période, la chaleur avait encore fait 800 morts de plus (5,4 %).

En 2018, les mois de juin et de juillet n'ont pas été problématiques. En revanche, la surmortalité s'est concentrée sur le seul mois d'août. Ce sont surtout les femmes qui ont été le plus durement touchées avec une surmortalité de 6,1%, contre 0,7% pour les hommes. Pour mémoire, l'été de cette année-là avait été le plus chaud depuis le début des mesures systématiques en 1864, rappelle l'étude.

Plan canicule efficace

L'OFSP note de grosses différences régionales. Le Tessin et les cantons romands, qui ont activé leur plan d'alerte canicule, n'ont pas enregistré de variation dans le taux de mortalité. En revanche, la Suisse orientale et la région zurichoise, qui ne s'étaient pas armées d'un tel plan, ont vu le nombre de décès augmenter.

En 2015, la surmortalité enregistrée dans la région lémanique a par exemple été inférieure à la moyenne nationale, malgré les fortes chaleurs. Ces chiffres montrent que la mortalité due à la chaleur peut être réduite par des mesures ciblées et bien coordonnées.

A noter que tous les cantons romands à l'exception du Jura disposaient d'un plan canicule. Aucun n'existe en Suisse alémanique. Ces cantons misent sur des campagnes d'information et de sensibilisation.

Dégâts aux forêts et dans les eaux

Le rapport détaillé sur 2018, fruit d'un travail commun de l'office fédéral de l'environnement (OFEV) et de plusieurs offices et instituts fédéraux, ne se limite pas à l'impact sur la santé humaine. La sécheresse persistante a aussi eu des répercussions sur les forêts et la faune aquatique.

De nombreux hêtres ont été asséchés et les résineux, affaiblis, ont été attaqués par une prolifération du bostryche, notamment dans le Jura.

Les eaux, quant à elles, se sont fortement réchauffées. Près de Schaffhouse, les efforts déployés dans le but de sauver les poissons dans le Rhin par la pêche et le transport vers des zones d'eau plus fraîches n'ont pas suffi pour éviter la mortalité des poissons, notamment celle des ombres de rivière.

L'été 2018 a également eu des conséquences sur l'agriculture. Les éleveurs ont dû importer environ 100'000 tonnes de plus de fourrage de l'étranger pour leur bétail. Les coûts d'alimentation supplémentaires ont atteint 35 millions de francs, nécessitant une intervention de la Confédération sur les droits de douane. Nombre d'autres secteurs comme la navigation fluviale, la production électrique ou le transport ferroviaire ont aussi été touchés.

2e plan d'action fédéral

Pour l'OFSP, il est nécessaire de tirer les enseignements de cet été qui a marqué les esprits, sachant que des périodes caniculaires devraient se répéter.

En matière d'impact sur la santé, la Confédération appelle les cantons qui ne connaissent pas de plan canicule à y repenser. Il s'agit également de renforcer l'information à l'intention des groupes à risque et de poursuivre la formation continue des spécialistes de la santé.

A plus long terme, il faudra aménager l'habitat et les espaces publics dans les villes et les agglomérations de manière à ce qu'ils offrent une qualité de vie agréable même pendant les canicules estivales. Cela nécessite de repenser l'aménagement du territoire en privilégiant les espaces verts et des toitures et façades végétalisées.

Au niveau fédéral, un premier plan d'action totalisant 63 mesures pour faire face au changement climatique arrive à terme cette année. Il sera suivi d'un deuxième qui intégrera l'étude de l'OFSP. La Confédération soutient le processus d?adaptation aux niveaux local, régional et cantonal. (ats/nxp)

Créé: 24.10.2019, 12h11

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.