Mercredi 23 octobre 2019 | Dernière mise à jour 12:41

École Examens truqués: le Tessin prend une décision «drastique»

Le Tessin ferme un lycée privé à Lugano qui permet à ses élèves de passer ses examens en Italie, avec une réussite quasi garantie.

L'institut privé italien Fogazzaro fermé par les autorités tessinoises.

L'institut privé italien Fogazzaro fermé par les autorités tessinoises. Image: DR/twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les autorités tessinoises ont révoqué avec effet immédiat l?autorisation d?exercer du lycée privé Fogazzaro, à Lugano. Les étudiants avaient la possibilité de passer leurs examens à Naples, en Italie, avec la quasi-certitude d'y obtenir le titre de maturité.

Le Département tessinois de l'Instruction publique (DECS) a annoncé sa décision «drastique» jeudi au terme d'une enquête administrative. La direction de l?Institut Fogazzaro, basé à Breganzona, tout près de Lugano, n'était pas atteignable pour une réaction.

Méthodes douteuses

Les méthodes d'enseignement douteuses de l'école privée, dont l'autorisation d'exercer du canton avait été accordée pour la dernière fois en 2012, avaient été mises en lumière par un reportage diffusé fin janvier dernier dans le cadre de l'émission «Falò» de la Radio-Télévision de la Suisse italienne (RSI).

L'enquête de la RSI montrait que l'institut privé italien Fogazzaro, dont le siège principal se trouve à Naples, envoyait ses élèves, au terme des quatre ans de lycée, passer leurs examens finaux à Pomigliano d?Arco, dans la périphérie industrielle de la ville parthénopéenne.

Avec la garantie presque absolue de succès, à la faveur d'examens truqués, de réponses transmises aux étudiants et autres aides «sous la table». L'enquête de la RSI a poussé les autorités à réagir.

«L'Institut Fogazzaro s'est servi de l'autorisation d?exercer délivrée en 2012 pour offrir un service permettant d'obtenir la maturité sans l'évaluation objective nécessaire des compétences de l'élève. Il ne fait donc aucun doute que l'institut se trouve aujourd'hui dans une situation d'abus», ses services étant «contraires aux règles de base d'un véritable parcours scolaire de qualité», a asséné le Département tessinois de l'Instruction publique dans sa note.

Autorités italiennes alertées

Le canton a voulu mettre un terme immédiatement à cette filière de maturité, un titre qui donne accès aux universités, hautes écoles pédagogiques ou écoles universitaires professionnelles en Suisse. Les 25 janvier et 20 février, des mesures de révocation partielles avaient déjà été annoncées par les autorités.

Le DECS précise encore qu'il a signalé le cas au Ministère public de Lugano, ainsi qu'aux autorités administratives italiennes compétentes, «afin de leur permettre d'intervenir si elles l'estiment opportun».

L'institut Fogazzaro indique sur son site avoir été fondé en 1996, par des enseignants italiens. Leur but: préparer de jeunes Tessinois à l'obtention de la maturité italienne.

(ats/nxp)

Créé: 04.04.2019, 18h07

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.