Dimanche 29 mars 2020 | Dernière mise à jour 11:07

Suisse Les cantons puniront les fausses vignettes

La vignette autoroutière est une marque officielle qui ne doit être ni contrefaite ni falsifiée.

La personne qui modifie ou réutilise une vignette risque jusqu'à trois ans de prison.

La personne qui modifie ou réutilise une vignette risque jusqu'à trois ans de prison. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il est interdit de modifier ou de réutiliser une vignette autoroutière. Jusqu'ici, le Ministère public de la Confédération était chargé de sanctionner ces infractions. Dès janvier, les polices cantonales passeront à l'attaque.

Le Conseil fédéral a décidé mercredi de l'entrée en vigueur de cette mesure réclamée par le Parlement. La vignette autoroutière est une marque officielle qui ne doit être ni contrefaite ni falsifiée.

Celui qui la modifie ou la réutilise peut être puni d'une peine privative de liberté de trois ans. Dès janvier, la compétence de sanctionner ces infractions sera transférée aux autorités de poursuite pénale des cantons.

Amendes d'ordre

Le Parlement avait pris cette décision dans le cadre du projet qui visait à étendre le recours au système des amendes d'ordre, déjà valable en matière de circulation routière ou pour la consommation de cannabis. Le Conseil fédéral avait mis en consultation une liste de nouvelles infractions concernées.

Ces nouveautés n'interviendront que plus tard, pas avant 2019. Le Département fédéral de justice et police est en train d'examiner les réponses des milieux consultés. Il est déjà apparu que les cantons avaient besoin de plus de temps pour s'adapter.

Autres amendes

Selon les propositions du gouvernement, brûler ou laisser sur place des restes de pique-nique devrait coûter 200 francs. Un étranger qui déplacera sa résidence dans un autre canton sans l'autorisation requise paierait 100 francs.

L'amende pour un commerce qui viole l'obligation d'indiquer les prix s'élèverait à 200 francs. Il en coûterait 200 francs à celui qui remettra des boissons distillées à des mineurs et 80 francs à celui qui fumera dans des espaces fermés accessibles au public. (ats/nxp)

Créé: 22.11.2017, 13h30

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.