Samedi 20 juillet 2019 | Dernière mise à jour 22:27

Épilogue La célèbre maison orange de Bienne deviendra... grise!

Le retraité biennois contraint de changer une couleur jugée trop criarde a préféré vendre son immeuble. Il quittera la Suisse jeudi prochain.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La maison orange de Bienne vit sa dernière saison. Célèbre depuis que les autorités appuyées par la justice ont ordonné à son propriétaire de changer de couleur, l'immeuble de la route de Mâche 108 deviendra grise, avant l'échéance reportée au 31 mars 2019.

La nouvelle couleur a été choisie par l'acquéreur qui habite la même rue et qui louera trois appartements au No 108, après quelques transformations. En raison de la servitude liée à la couleur, 27 000 francs prévus pour la peinture ont été déduits du prix de vente.

Gris-gris

L'intégration de la maison dans le quartier (et dans le brouillard) est garantie par l'échantillon de 3 m2 peint côté terrasse. Madame (61 ans) y voit un gris-bleu, Monsieur (70 ans) un gris-gris. Mais le couple ne verra pas le résultat final: dans quatre jours, il partira s'installer au Cameroun!

Pour Marie et Willy Zysset, qui avait choisi un orange repéré lors d'un séjour en Norvège, un long combat s'achève. La maison était brunâtre quand il l’a rachetée en 2002, mais l'orange feuille d'automne peint sans permis de construire a déplu à l’Office d’urbanisme biennois, pour qui «la couleur d’une façade ne peut être évaluée indépendamment de l’environnement, du contexte global, de la forme générale et de l’affectation du bâtiment».

Destination Douala

Soutenu par les 4 073 signataires d’une pétition, mais débouté par le Tribunal administratif cantonal, Willy Zysset a vendu ses collections d'armes et de peluches. Dans le conteneur parti le 17 décembre à destination de Douala, via Bâle et Rotterdam, les Zysset ont placé une voiture et des meubles, mais aussi des machines et des outils.

Génératrice, compresseur, perceuse, raboteuse, scie circulaire: Willy Zysset a expédié au Cameroun de quoi pour terminer la maison construite à Ngoulémakong. Un maison... grise, mais qui ne le restera pas longtemps: Marie et Willy Zysset n'ont pas prévu de la peindre en orange, mais dans une autre couleur vive qui s’intégrera dans le vert de la forêt.

Étrangers là-bas

Le chemin vers le Cameroun est passé par l'ambassade, pour l'obtention des visas: «Nous sommes étrangers là-bas», observe Willy Zysset, soutenu ici par l'UDC. Après la vente de la maison orange, le couple attend l'heure du départ à Moutier, chez la fille du mari.

L'orange à repeindre n'a pas véritablement décidé de leur départ: il l'a simplement accéléré. Au Cameroun, il y aura une vie à réinventer pour Willy Zysset, originaire de Courtételle (JU), qui a pris congé de ses amis au vélodrome de Granges (SO).

Sans rancoeur

«Je pars sans rancoeur, sauf à l'encontre du maire que j'ai croisé l'autre jour et qui ne m'a pas reconnu», assène Willy Zysset. Le ressenti du couple: «Bienne est une ville qui manque de vie», dit Madame.

«Avec la politique pratiquée, elle deviendra une cité fantôme», ajoute Monsieur. À l'entendre, rien ne le retient. Rien? «Si, le stade de hockey...», admet le retraité avant de larguer les amarres.

Créé: 23.12.2018, 14h19

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.