Jeudi 21 février 2019 | Dernière mise à jour 15:29

Balkans Le Centre islamique en Suisse veut libérer des imams au Kosovo

La police du Kosovo a arrêté mercredi au cours d'une opération d'envergure 15 personnes soupçonnées de propager l'islam radical et de recruter des volontaires pour le jihad en Syrie et en Irak.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les imams récemment arrêtés au Kosovo doivent être libérés immédiatement. Nicolas Blancho a lancé cet appel sur le site internet du Centre islamique en Suisse (CCIS), l'organisation qu'il préside. Le Biennois critique des «actes antidémocratiques» de la part des autorités kosovares.

Les 15 suspects sont accusés d'avoir endoctriné la population en prêchant l'islam radical et en recrutant des volontaires pour les conflits en Syrie et en Irak. Il s'agit de la deuxième opération d'envergure contre les islamistes au Kosovo en l'espace d'un mois.

«Les vagues d'arrestations au Kosovo contre les imams sont des efforts spectaculaires pour couvrir le chaos politique existant dans la formation du gouvernement» de ce petit pays des Balkans, fait savoir Nicolas Blancho. Celui-ci dit connaître «bien et personnellement depuis des années» l'imam kosovar Shefqet Krasniqi. «Et je peux dire avec une grande sécurité que les accusations portées contre lui sont sans fondement».

Imam connu en Suisse

Shefqet Krasniqi est l'imam de la principale mosquée de Pristina et aussi un personnage-clé ayant une grande influence sur la société, selon le site du CCIS. Ce dernier considère son arrestation et celle d'autres personnalités comme des «actes faibles susceptibles d'avoir un impact négatif et sérieux sur la majorité des Kosovars, sur la façon dont ils perçoivent le nouvel Etat».

Imam de la mosquée de Berne, Mustafa Memeti connaît lui aussi son confrère de Pristina, un imam radical qui a déjà plusieurs fois tenu des conférences en Suisse. «Son message est dangereux», a déclaré à la SonntagsZeitung Mustafa Memeti. D'après lui, les jeunes qui se laissent convaincre de partir faire la «Guerre sainte» ont des problèmes psychologiques.

«Nous ne pouvons malheureusement que prendre acte de ces errements. D'où l'importance de liens étroits entre les autorités et les mosquées suisses», a-t-il ajouté.

Au moins 12 imams

La police du Kosovo a arrêté mercredi au cours d'une opération d'envergure menée en 16 endroits du pays 15 personnes soupçonnées de propager l'islam radical et de recruter des volontaires pour le jihad en Syrie et en Irak. La police n'a pas dévoilé l'identité des suspects, mais, selon les médias locaux, douze imams et le président du parti islamique radical Lisba se trouvent parmi les personnes arrêtées.

L'écrasante majorité des quelque 1,78 million de Kosovars sont des musulmans très modérés. Selon des estimations des services de sécurité, quelque 150 Kosovars sont engagés dans les rangs des djihadistes en Syrie. Seize y auraient été tués. (smk/ats/nxp)

Créé: 21.09.2014, 14h23

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.