Jeudi 21 novembre 2019 | Dernière mise à jour 14:21

Asile «Certains cantons feront de l’hébergement, d’autres du renvoi!»

La ministre en charge de l’asile, la socialiste Simonetta Sommaruga, a présenté la restructuration du domaine de l’asile. Dès le départ, la Confédération implique les cantons.

Très satisfaite de sa journée de travail avec les cantons, la Conseillère fédérale s'est présentée devant la presse avec Hans-Jürg Käser, président de la Conférence des départements cantonaux de Justice, et de Mario Gattiker, directeur de l’Office fédéral des migrations (ODM).

Très satisfaite de sa journée de travail avec les cantons, la Conseillère fédérale s'est présentée devant la presse avec Hans-Jürg Käser, président de la Conférence des départements cantonaux de Justice, et de Mario Gattiker, directeur de l’Office fédéral des migrations (ODM). Image: Lukas Lehman/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Que doit-on retenir de cette journée de négociations entre les cantons et la Confédération dans le domaine de l’asile?

Simonetta Sommaruga: L’essentiel est que cantons, Confédération, communes et villes se sont mis autour d’une table. Il s’en est dégagé, à l’unanimité, un consensus sur la manière dont on doit régler dans le futur l’asile. Concrètement, d’un côté on va raccourcir la durée des procédures, et de l’autre, on garantit des conditions juridiques irréprochables afin de traiter les cas au mieux.

Répartir les tâches entre les cantons. Décider des emplacements des centres. Construire le mécanisme de compensations entre les cantons. Vous voulez régler tout cela dans le délai d’une année. Ambitieux?

Après cette journée, je suis convaincu de l’engagement des cantons et de la Confédération. Nous sommes tous d’accord pour considérer que chaque acteur du domaine de l’asile a des responsabilités. Et surtout chacun veut prendre ses responsabilités. Dans le futur, tous les cantons ne feront pas la même chose que les autres.

C'est-à-dire?

Certains cantons, par exemple, feront de l’hébergement. D’autres seront plus actifs dans les renvois – car ils ont un aéroport sur leur territoire par exemple. Et certains cantons se sont déjà dits ouverts à l’idée d’accueillir un centre pour requérants récalcitrants.

Quel est votre objectif en impliquant dès le départ les cantons, avant même une discussion au Parlement?

Comment peut-on raccourcir la durée des procédures d’asile? Comment garantir la sécurité juridique de la procédure? Cette double demande émane à la fois du parlement et du Conseil fédéral. Les partis politiques également partagent ce souhait. L’asile concerne en premier chef les cantons, les communes et les villes: aussi la Confédération ne voulait pas prendre le leadership toute seule.

Si tout se passe comme présenté aujourd’hui, le parlement n’aura plus grand-chose à dire?

Le fédéralisme implique le travail en commun. Si Confédération, cantons, communes et villes trouvent des accords, ce n’est que du positif pour le parlement. Il n’aura pas à trancher sur des projets et des variantes. Notre but à tous est d’améliorer la procédure. Le résultat final sera aussi profitable aux requérants qui n’auront plus des années d’attente pour savoir s’ils peuvent rester ou non en Suisse. Et on évitera aussi aux cantons, ces expulsions hautement difficiles de gens installés depuis des années.

Créé: 21.01.2013, 19h09

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.