Jeudi 15 novembre 2018 | Dernière mise à jour 00:05

Humeur Les CFF sont tellement en retard qu’ils sont en avance

Des retards et une apparition miraculeuse: on vous résume une petite semaine du train-train quotidien d’un pendulaire.

Les horloges des CFF sont plus ponctuelles que leurs trains.

Les horloges des CFF sont plus ponctuelles que leurs trains. Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

On a connu pire. Mieux, aussi. Mais même un type qui pendule depuis des lustres entre Genève et Lausanne rencontre encore des surprises. On vous résume la semaine.

JEUDI 8 NOVEMBRE Rien à signaler. C'est un peu surprenant.

MERCREDI 7 NOVEMBRE À 18 h 12, le train direct pour Genève part à l’heure de Lausanne. Puis survient l’étrange annonce. Un arrêt «commercial exceptionnel» aura lieu à Morges «pour récupérer d’autres clients». Pardon? Jamais entendu ça. C'est pour mettre de la graisse d'engrenages dans les épinards? Suivent des excuses pour le futur retard puis l'arrêt indiqué à Morges. Des passagers un peu perdus grimpent à bord. Après de longues minutes, le train repart, bondé: des usagers sont debout. Re-annonce de retard. Re-excuses. Le train s’arrête à nouveau, à Nyon. Longuement. Portes closes. On annonce un feux vert qui ne devrait pas tarder. On s’excuse. On repart et la vraie raison du chaos tombe enfin: «dérangement à une ligne de contact à Coppet». Le bout du lac en vue, le contrôleur tente la carte de l’humour: «nous arrivons – enfin! – en gare de Genève», lâche-t-il... Il présente à nouveau des excuses. Pour la quatrième fois. Toujours en français, allemand puis anglais. Quand on pendule, mieux vaut aimer le comique de répétition. Il est 19 h 09. Donc 21 minutes de retard au final. À Genève, tout le monde a les yeux rivés sur les écrans. Tout le réseau est perturbé.

MARDI 6 NOVEMBRE Retour du boulot, à nouveau vers 18 heures. Le direct pour Lausanne a 8 minutes de retard. Il le récupère en partie mais il en reste 4 dans la Cité de Calvin.

LUNDI 5 NOVEMBRE Lundi, toujours en fin d’après-midi. À la gare, à Lausanne, on attend le train pour Genève. On est en avance. Une douzaine de minutes. Aucune annonce de retard à l’horizon. Mais surprise: voilà pourtant que surgit un convoi. Il a quelque dix minutes d’avance? Non: il a en fait 19 minutes de retard et les CFF se gardent de signaler ce genre de train. Les pendulaires connaissent cette situation: occasionnellement un train est tellement en retard que pour l’usager (qui n’est pas dedans), il est en avance. On grimpe. Les wagons sont quasi vides. On arrive à Genève avec une dizaine de minutes d’avance dans ce train en retard.

Il nous faut préciser que tous les trains pris le matin, dans l’autre sens, ont été ponctuels. Et que ce petit relevé sur à peine quatre jours n’a évidemment statistiquement aucune valeur.

Mais on sait aussi que cette semaine n’était en rien hors norme. La ponctualité générale est bonne, martèlent pourtant encore et encore les CFF: 89% des voyageurs arriveraient à destination avec moins de 3 minutes de retard. Mais pour la première fois, le mois dernier, dans l’«Aargauer Zeitung», l’Office fédéral des transports a admis que le mode de calcul des CFF masque une partie de la réalité.

Car les données des CFF sont basées sur les passagers et pas sur les trains, résumait alors «Le Temps». Sur les passagers? Du coup on se demande si les CFF n'embellissent pas leurs taux de ponctualité grâce aux passagers en avance dans des trains en retard…

(Le Matin)

Créé: 09.11.2018, 07h00

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.