Mercredi 18 septembre 2019 | Dernière mise à jour 08:41

Suisse Le changement climatique met au défi l'agriculture

L'Union suisse des paysans (USP) a présenté plusieurs pistes pour que le monde agricole puisse répondre au défi du changement climatique.

Pour Markus Ritter, président de l'USP, il faudra mener la bataille sur plusieurs plans.

Pour Markus Ritter, président de l'USP, il faudra mener la bataille sur plusieurs plans.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'agriculture souffre du changement climatique tout en étant elle-même responsable d'une partie des émissions de gaz à effet de serre. L'Union suisse des paysans (USP) a présenté jeudi les pistes pour relever les multiples défis qui en découlent.

Le changement climatique fait désormais partie du quotidien des exploitations, a déclaré Markus Ritter, président de l'USP, devant la presse invitée sur une ferme à Moosseedorf, près de Berne. Les paysans sont aujourd'hui pleinement conscients qu'ils doivent agir, d'une part pour survivre et d'autre part pour réduire les émissions.

L'action sur ces deux plans nécessite de nouvelles stratégies d'exploitation, des innovations et des clarifications au niveau du droit et des assurances. Un changement de cap essentiel commenté par le propriétaire des lieux, plusieurs représentants de l'USP et des experts d'Agroscope et de la plateforme de recherche agricole AgroCleanTech.

Sur tous les fronts

Les pistes exposées passent par de nouvelles variétés de cultures qui supportent mieux la sécheresse, des méthodes culturales novatrices comme l'agroforesterie, des systèmes d'irrigation et de collectes d'eau intelligents, la protection des sols, des méthodes de valorisation comme celle développée pour le biogaz.

Le système d'assurance devra également être repensé. Selon un sondage interne à la branche, beaucoup sont assurés contre les dégâts dus à la grêle. Mais pas contre la sécheresse, car ces produits coûtent trop cher. Certaines questions de droit devront aussi être éclaircies comme le droit à l'eau, afin d'éviter des conflits d'utilisation.

Mais pour Markus Ritter, la révolution de l'agriculture ne se fera pas sans une réflexion sur les habitudes de consommation. Sans elle, il ne sert à rien de réduire la production de lait et de viande.

L'agriculture suisse participe à hauteur de 13% des émissions de gaz à effet de serre dans le pays. Cette part se compose pour 45% du méthane issu de la garde d'animaux de rente, pour un tiers du protoxyde d'azote issus des engrais sur les champs et le reste des tracteurs et machines agricoles. (ats/nxp)

Créé: 11.07.2019, 10h43

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.