Samedi 6 juin 2020 | Dernière mise à jour 22:22

Pétition «Un chat, ça ne se mange pas»

La pasionaria Tomi Tomek veut faire changer la loi qui permet aujourd’hui encore en Suisse de boulotter son chien ou son matou. Du moment qu’on le tue «proprement».

Brigitte Bardot a déjà signé la nouvelle pétition de Tomi Tomek.

Brigitte Bardot a déjà signé la nouvelle pétition de Tomi Tomek. Image: Laurent Crottet

Trouvez-vous normal que manger du chien ou du chat soit toujours légal en Suisse?

Rappel des faits

2007-2008
SOS Chats récolte 200 000 signatures pour faire interdire la vente des peaux de chats.

2013
Dès le 1er janvier, une nouvelle loi interdit le commerce des peaux de chats.

24 AOÛT 2014
Tomi Tomek lance une pétition pour interdire la consommation de viande de chien et de chat.

2 SEPTEMBRE 2014
Après dix jours, la pétition a déjà récolté plus de 9200 signatures.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tomi Tomek, la pasionaria des félidés de SOS Chats, à Noiraigue (NE), se lance toutes griffes dehors dans un nouveau combat. «Nous ne demandons rien de moins qu’une nouvelle loi contre le commerce et la consommation de viande de chien et de chat en Suisse», assène celle qui avait déjà réussi à faire interdire en 2013 le commerce des peaux de chats. «Nous avons déjà récolté plus de 9300 signatures en dix jours.» Sur Facebook et sur MesOpinions.com, où la pétition est mise en ligne, les commentaires vont bon train: «Dire que je voulais m’installer en Suisse, lance une Française. Je ne savais pas que la Suisse était une province chinoise.»

Du chaton macéré dans du lait

Certes, boulotter toutou ou minou, n’est pas très répandu en Suisse, mais plusieurs cas ont défrayé la chronique. «J’ai moi-même été en contact avec une fermière de Saint-Imier, poursuit la patronne du refuge neuchâtelois, qui attendrissait la viande de chatons en les laissant macérer dans du lait.» De son côté, SonntagsBlick révélait l’an passé le cas d’un paysan du Rheintal saint-gallois qui «préférait la viande de chien fumée à celle des chats, plein d’os».

Pour l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV), les chats et les chiens ne figurent pas dans la loi en tant que denrée alimentaire. «Ils ne peuvent donc ni être vendus, donnés ou offerts pour être mangés, assure Eva van Beek, porte-parole de l’OSAV. En revanche, on ne peut pas interdire à des individus de manger leur propre chien ou chat, s’ils respectent l’ordonnance sur la protection des animaux.»

«On peut donc les manger, si on les tue «proprement», s’insurge Tomi Tomek. Ces animaux domestiques font partie de la famille, ils ne devraient pas finir leur vie dans les assiettes.» Parmi les pétitionnaires, Brigitte Bardot et de nombreux dessinateurs dont Ben, Derib, Raymond Burki et Vincent L’Epée ont signé sans rechigner. Tomi Tomek, elle, s’apprête à passer à la phase deux de son combat: «Je cherche un parlementaire qui porterait cette pétition à Berne. Et je le trouverai.»  

Créé: 03.09.2014, 07h18

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.