Samedi 6 juin 2020 | Dernière mise à jour 22:22

Coronavirus Le chômage moins craint en Suisse qu'ailleurs

Les Suisses redoutent moins le chômage que leurs voisins européens ou que les Américains, selon un sondage Tamedia.

Image d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Comparés aux Européens et aux Américains, les Suisses craignent moins la crise économique et le chômage, selon un sondage publié vendredi dans les journaux romands de Tamedia. Ils redoutent également moins le décès d'un proche ou d'être infectés par le coronavirus.

Un Suisse sur cinq (22%) craint une crise économique dans le pays contre près de deux personnes sur cinq (38%) pour la moyenne des neufs pays sondés (Allemagne, Espagne, Italie, France, Belgique, Royaume-Uni, Suisse, Pologne et États-Unis).

Seule la France affiche un taux inférieur (17%). C'est en Italie (51%), en Espagne (46%) et en Allemagne (45%) que la crise économique indigène est le plus redoutée. Les Suisses sont également ceux qui craignent le moins le chômage ou une perte de revenu (15% pour une moyenne de 35%). À l'inverse, c'est en Pologne (49%), en Espagne (46%) et aux États-Unis (45%) que les craintes sont les plus aiguës.

Les Suisses sont confiants que le pays pourrait s'en sortir mieux que les autres car «nous sommes habitués à avoir un certain niveau de vie et un taux de chômage bas, et nous avons mieux passé les crises précédentes de 2008-2010 qu'ailleurs», explique Pascal Sciarini, politologue à l'Université de Genève, cité dans l'article.

Favorables à davantage de mesures

Les craintes les plus souvent évoquées par les sondés sont la mort et la maladie. Là aussi les Suisses se montrent plutôt confiants. Un peu plus d'un Suisse sur quatre (27%) craint la mort d'un proche contre sept Français sur dix (71%) et deux tiers des Espagnols (67%).

Quant aux mesures prises par le gouvernement, 29% des Suisses les jugent suffisantes, 12% en voudraient moins et un tiers en souhaiteraient au contraire davantage. Un quart des Helvètes sondés ne se sont en outre pas prononcés sur le sujet. Tous pays confondus, c'est un durcissement des mesures qui l'emporte avec 51% des sondés favorables à davantage de mesures, contre 6% qui plaident pour un assouplissement et un tiers qui se satisfait de la situation actuelle.

Le sondage a été réalisé entre le 24 mars et le 30 mars par l'institut de sondage YouGov pour les journaux européens de l'alliance LENA à laquelle appartiennent «La Tribune de Genève» et le Tages-Anzeiger. 10'963 personnes ont été interrogées, dont 507 pour la Suisse. (ats/nxp)

Créé: 03.04.2020, 06h19

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.