Samedi 21 septembre 2019 | Dernière mise à jour 21:18

Jura La chouette est sauvée mais il lui en coûtera sa liberté

Intervention d'urgence samedi matin à Fahy pour sauver un rapace empêtré dans du nylon. Hélas, ses serres droites sont amputées.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Décidément, les chouettes ont la vie dure à Fahy (JU). C'est d'abord un entrepreneur qui, ce printemps, a abattu un vieux cerisier habité par un couple de chevêches qui couvait ses œufs. Et ce week-end, un rapace s'est retrouvé suspendu la tête à l'envers au bout d'une ficelle de nylon.

Celui qui a été alerté samedi matin à 9h15, c'est le menuisier qui a dénoncé l'abattage du cerisier près de chez lui, avec à la clef deux œufs cassés, alors que la chouette d'Athéna est une espèce protégée inscrite sur liste rouge.

Sous une corniche

Dans un village où trois couples de chevêches sont actuellement recensés, c'est une chouette d'une autre famille qui s'est retrouvée pendue sous une corniche d'un ancien transformateur électrique qui sera transformé en nichoir à hirondelles.

L'oiseau attaché à un fil de 20 centimètres était incapable de se libérer de sa fâcheuse posture. Son sort dépendait d'une intervention humaine.

Le menuisier David Gerber a organisé le sauvetage en alertant des ornithologues. Membre de la Fondation des Marais de Damphreux, Michel Rebetez a pu disposer d'une nacelle télescopique mise rapidement à disposition par un agriculteur.

Déchets synthétiques

«Dans son regard, on devine qu'elle dit merci», estime David Gerber. Son commentaire: «La faune n'est pas seulement victime des déchets synthétiques dans les océans». Autre souci en plastique pour les oiseaux: les filets de graines où ils se coupent la langue dans les triangles.

Comment la ficelle s'est-elle nouée autour d'une patte de la chouette? «Un moineau a pu l'utiliser pour faire son nid, où la chouette s'est posée», suppose David Gerber.

L'amputation subie coûtera à la chouette sa liberté. Selon le Collectif Chevêche-Ajoie, elle ne pourra plus chasser des souris et campagnols sans des serres aux deux pattes. L'oiseau poursuit sa convalescence dans un parc animalier.

Créé: 30.06.2019, 14h02

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.