Vendredi 16 novembre 2018 | Dernière mise à jour 03:16

Tabac La cigarette sans fumée arrive

Après des essais au Japon et en Italie, la Marlboro qui ne brûle pas sera vendue en Suisse romande dès le mois d’août. Les antitabac sont sur la défensive.

Les paquets de «sticks» seront vendus 8?francs. Et le kit du vaporisateur de tabac environ 80?francs.

Les paquets de «sticks» seront vendus 8?francs. Et le kit du vaporisateur de tabac environ 80?francs. Image: DR

Les vaporisateurs de tabac/nicotine se multiplient

Pour lutter contre la montée en puissance des cigarettes électroniques et l’érosion des ventes de cigarettes traditionnelles, les grands cigarettiers cherchent des parades avec des produits dits à «risques réduits». Ainsi, après avoir investi deux milliards de francs en recherche pendant dix ans, Philip Morris a lancé son iQOS en 2014.

Mais d’autres sont déjà dans la course. Japan Tobacco International a aussi son vaporisateur sur le principe «heat non burn», chauffe mais ne brûle pas. Il est sorti en France sous le nom de Ploom qui a la forme d’un petit tube permettant de chauffer des brins de tabac pour en aspirer la vapeur de nicotine.

Reynolds America a mis au point une cigarette chauffante nommée Revo, qui cuit le tabac grâce à une pointe de charbon allumée avec un briquet et «délivre un aérosol aromatisé».

Enfin, British Tobacco finalise un inhalateur de nicotine nommé Voke, qui s’inspire de la technologie des vaporisateurs contre l’asthme, sans combustion, ni chaleur.

Bref, de plus en plus, la cigarette classique apparaît comme un calumet bientôt dépassé. - (E. F.)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Au début août, les premiers vaporisateurs de tabac de Philip Morris – du nom de iQOS – seront commercialisés dans certaines villes suisses, dont Genève, Lausanne et Neuchâtel. Dans une première phase, on en trouvera auprès des kiosques Valora (Naville). Mis au point en grande partie dans le Cube du cigarettier à Neuchâtel, l’iQOS a déjà été testé et commercialisé à Nagoya au Japon et à Milan en Italie.

Bien qu’elle ressemble à une cigarette électronique, notamment dotée d’une batterie, elle s’en distingue par le fait qu’elle contient du tabac qui est chauffé et non brûlé. Un «stick» de tabac (Marlboro pour commencer) est introduit dans un étui qui le chauffe à environ 350?degrés, contre 800?degrés pour une cigarette ordinaire. Ce procédé dégage un nuage «vaporisé» avec de la nicotine que le fumeur peut aspirer.

«Il reste du tabac»

Selon Philip Morris, la nocivité de la fumée du tabac est ainsi réduite de 90%. Ce système élimine en tout cas les substances nocives générées par la combustion (monoxyde de carbone et goudrons en premier lieu). Le fabricant insiste bien sur le fait que son nouveau produit est destiné «aux fumeurs qui cherchent une alternative à la cigarette traditionnelle», donc un gain pour leur santé de fumeur invétéré. Mais cela peine à convaincre Grégoire Vittoz, porte-parole de la Ligue pulmonaire suisse, qui accueille les iQOS avec passablement de méfiance: «Cela nous semble une opération de marketing. Il reste du tabac, ce n’est pas comme avec la cigarette électronique, où il n’y a plus que de la vapeur. Nous n’avons aucun recul. Les cigarettiers nous ont appris à ne pas leur faire confiance.» Pour l’instant, les seules études sur ce produit émanent de Philip Morris. «Il en faudrait des indépendantes, ajoute Grégoire Vittoz, qui montrent qu’il s’agit d’une véritable alternative pour les fumeurs et non pas d’un produit destiné à remplir les cours d’école.»

Nicole Bulliard, porte-parole de la Ligue suisse contre le cancer, admet qu’elle ne connaît pas les substances nocives qu’il peut rester dans les vaporisateurs de tabac: «Mais d’une manière générale, le tabac reste un facteur important de cancer en Suisse. 9000?personnes en sont touchées par année. Nous continuerons d’encourager les personnes à renoncer au tabac qu’il soit consommé d’une manière ou d’une autre.» (Le Matin)

Créé: 27.07.2015, 13h52

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.