Lundi 17 juin 2019 | Dernière mise à jour 09:12

Chambres Claude Hêche présidera le Conseil des Etats

Le socialiste jurassien deviendra lundi 24 novembre le premier représentant de son canton à accéder à la tête de l'une des deux Chambres fédérales. Il incarne la défense des transports publics.

Claude Hêche, ici en décembre 2013, devient le premier citoyen jurassien à accéder à la présidence d'une Chambre fédérale.

Claude Hêche, ici en décembre 2013, devient le premier citoyen jurassien à accéder à la présidence d'une Chambre fédérale. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En accédant à la présidence du Conseil des Etats, Claude Hêche deviendra le premier représentant du canton du Jura à la tête de l'une des deux Chambres fédérales. Personnalité plutôt discrète et adepte de la concertation, le socialiste incarne la défense des transports publics.

«L'important pour moi est de faire avancer le dossier dans le bon sens et de ne pas rester braqué sur des principes», explique Claude Hêche dans un entretien à l'ats. Durant son année de présidence du Conseil des Etats, le Jurassien entend accorder, après le vote du 9 février, une priorité aux contacts avec des représentants des pays voisins.

Plurilinguisme et jeunesse

Il entend aussi accorder une large place au respect des minorités linguistiques et en particulier à la langue française, ainsi qu'au statut de la Suisse romande dans les affaires fédérales. Claude Hêche aimerait aussi donner à sa présidence la couleur de la jeunesse et du plurilinguisme. Mais il souhaite aussi donner davantage de visibilité à son canton.

Son défi personnel est de rester proche des personnes et attentif à leurs préoccupations. «Ce n'est pas un défi très impressionnant, mais lorsque l'on baigne en continu dans le monde politique, on prend le risque de ne plus connaître vraiment la réalité de ses concitoyens», estime Claude Hêche.

Carrière politique

Né à Porrentruy en 1952, le Jurassien peut se prévaloir d'une longue carrière politique que l'on peut qualifier de traditionnelle. Claude Hêche a d'abord été conseiller communal puis maire de Courroux, village où il a toujours vécu. En 1983, il est entré au Parlement jurassien, une institution qu'il a présidée en 1988.

Claude Hêche continue de grimper les échelons politiques et est élu en 1995 au Gouvernement jurassien. Ce dessinateur en génie civil dirigera jusqu'en 2006 le Département de la santé, des affaires sociales et de la police. A chaque élection, le socialiste fidèle à ses idéaux va récolter des voix bien au-delà de son parti.

Défenseur du rail

Homme de dossiers et de dialogue, Claude Hêche fait en 2007 son entrée au Conseil des Etats avant d'être réélu en 2011. Adepte du compromis, le sénateur jurassien devient une personne de référence pour tout ce qui concerne les transports publics, en particulier le rail.

Dans son activité politique, le socialiste privilégie une approche pragmatique des problèmes. «J'ai un a priori qui est la recherche du consensus et pour y parvenir, il faut du temps, beaucoup plus de temps que ce que pensent les 'yaka'», témoigne Claude Hêche. «Les solutions durables ne se proclament pas par décret, mais se construisent patiemment par la concertation».

Défenseur des régions périphériques

Au fil des années, le magistrat est devenu un interlocuteur incontournable pour les autorités fédérales dans ce domaine. Président de Ouestrail, l'association de défense des intérêts ferroviaires de Suisse occidentale, Claude Hêche ne ménage pas ses efforts pour que les régions périphériques, comme le canton du Jura, bénéficient d'une bonne desserte par les transports publics.

Il a piloté avec succès le projet de financement et d'aménagement de l'infrastructure ferroviaire (FAIF) à la Chambre des cantons. Il s'engage aujourd'hui pour le maintien de l'offre sur la liaison ferroviaire Bâle-Lausanne/Genève via Delémont. A chacun de ses combats, le conseiller aux Etats agit avec retenue pour mieux convaincre.

Loin des projecteurs

Rarement invité lors des débats politiques, absent des rubriques «people» des médias, Claude Hêche ne semble pas souffrir d'un certain manque de visibilité. Pour acquérir une notoriété en Suisse alémanique, il faut avoir une très bonne maîtrise de la langue et participer à l'émission-phare de la télévision «Arena», explique le futur président du Conseil des Etats.

«Je ne bénéficie pas forcément d'une grande couverture médiatique hors de ma région et de la Suisse romande», souligne M. Hêche qui relève au passage qu'il n'a pas la prétention de chercher cette reconnaissance. «Je suis un pragmatique, pas un adepte de la rhétorique. Je ne vais pas changer pour être connu».

Engagement social

Le conseiller aux Etats jurassien est également animé d'une fibre sociale. Il soutient ainsi des projets qui offrent la possibilité à des personnes en difficulté professionnellement de travailler et de s'intégrer dans la société. «L'engagement social est encore et toujours à la base de mon engagement politique». Ce sont des valeurs comme la solidarité et la lutte contre la pauvreté qui l'ont poussé à se lancer en politique.

Le politicien père de deux enfants fait les déplacements entre son domicile de Courroux et la gare de Delémont à vélo lorsque la météo le permet et qu'il n'est pas trop chargé. «Je cherche autant que possible à privilégier la mobilité douce, sans pour autant diaboliser la voiture.» (cht/ats/nxp)

Créé: 24.11.2014, 09h22

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.