Samedi 7 décembre 2019 | Dernière mise à jour 17:28

Fortune Une collection d’art d’une valeur de 2 milliards a disparu

Plus de 80 peintures et sculptures majeures envolées, un contrat antidaté et une héritière en colère. C’est l’histoire d’une succession rocambolesque, que la justice vaudoise est chargée de tirer au clair.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Monet, Cézanne, Picasso ou Pollock: les Gouloubris ont eu des toiles de ces maîtres accrochées aux murs de leur chalet à Gstaad durant plus de vingt  ans. L’armateur grec Basile, et sa femme Elise, ont réuni une collection de 83 chefs-d’œuvre estimée à quelque 2 milliards de francs. Composée de tableaux et de sculptures, elle a mystérieusement disparu au début des années 2000, quand Elise est décédée - Basile étant mort en 1994. C’est la justice vaudoise qui doit aujourd’hui régler la succession – elle est contestée par une des légataires, la nièce du couple sans enfants.

Un contrat a bien été produit. Il mentionne la vente à une société panaméenne en 1985, mais la justice a tranché: c’est un faux! La collection s’est donc évaporée, et avec elle quelque 160 millions de francs d’impôts de succession qui auraient dû être versés au fisc vaudois.

Pour lire l'article complet, consultez la nouvelle application Le Matin Dimanche sur iPad ou notre E-Paper pour une lecture sur votre ordinateur personnel.

Créé: 16.03.2013, 23h00

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.