Samedi 25 novembre 2017 | Dernière mise à jour 12:05

Accident à Porrentruy Condamné pour homicide par négligence

Un accident dans la descente du col de Montvoie en avril 2014 avait coûté la vie à deux passagers.

Image: DR - Capture d'écran.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Tribunal cantonal jurassien a confirmé pour l'essentiel le jugement infligé à un automobiliste jurassien à l'origine d'un accident qui avait coûté la vie à deux de ses passagers en 2014. Tout au plus a-t-il augmenté de trois mois la peine de prison ferme.

L'accusé a été condamné mardi à trois ans de prison, dont 12 mois ferme et le reste avec sursis. En première instance en mars, la peine avait alors été de trois ans de prison, dont 9 mois ferme. La durée du sursis a en outre été portée de 2 à 4 ans.

Comme les juges de première instance, la Cour pénale du Tribunal cantonal a reconnu le jeune homme coupable d'homicide par négligence. Elle n'a donc pas retenu le meurtre par dol éventuel comme le demandait le Ministère public.

«Il s'agit d'une culpabilité grave compte tenu des mobiles légers et futiles», a estimé le président Daniel Logos. Le magistrat a affirmé que le prévenu titulaire de son permis que depuis quelques semaines voulait épater ses amis.

«La Cour a dû faire abstraction de toute émotion», a précisé son président. Pour les juges, une tournure fatale des événements ne pouvait pas s'imposer au prévenu. Celui-ci a pris des risques qu'il a imposés à ses passagers, mais il ne s'est pas accommodé de la mort de ses passagers ni de la sienne.

Région sous le choc

Le drame survenu au soir du 25 avril 2014 avait suscité une énorme émotion dans toute la région. L'accusé, qui circulait à une vitesse inadaptée aux conditions de la route et qui était sous l'influence de l'alcool, avait perdu la maîtrise de sa voiture dans la descente du col de Montvoie, à proximité de Porrentruy.

Le véhicule avec six jeunes à bord avait quitté la route dans un virage et terminé sa course 50 mètres en contrebas. Deux des cinq passagers étaient décédés. Les trois autres et le conducteur avaient été blessés. L'accusé était resté sourd aux appels des occupants terrorisés de la voiture qui le suppliaient de ralentir.

Climat pesant

Durant le procès, l'accusé est resté prostré sur sa chaise, fixant le sol. Il a exprimé à plusieurs reprises ses regrets entre deux sanglots. «Je pense tous les jours à eux, aux familles». «Je suis sincèrement désolé», a-t-il dit d'une voix à peine audible. Il a répété n'avoir aucun souvenir du drame.

«Aujourd'hui, je m'en veux beaucoup», a ajouté le jeune homme âgé d'une vingtaine d'années. «Je n'arrive pas à comprendre comment j'ai pu faire ça», a-t-il ajouté lors de l'audience devant le Tribunal cantonal. Le Ministère public et l'une des parties plaignantes avaient fait recours contre le verdict de première instance.

Réquisitoire sévère

Comme lors de l'audience en première instance, la procureur a requis 8 ans de prison pour meurtres par dol éventuel. Frédérique Comte a estimé que le conducteur avait pris ce soir-là consciemment le risque de conduire ses passagers vers la mort. «Le prévenu ne pouvait pas espérer éviter l'accident».

«Tous ont vécu l'enfer, pris au piège dans cette Peugeot 206», a expliqué la représentante du Ministère public en évoquant le sort des cinq passagers. «Il a montré un mépris total pour la vie de ses passagers et de la sienne», a ajouté Frédérique Comte qui estime que l'accusé a agi pour des motifs égoïstes et futiles.

L'avocat de la défense a plaidé pour la prise en compte des faits et des éléments techniques. «Tout le risque est de se laisser submerger par l'émotion», a souligné André Gossin qui a relevé la fragilité des témoignages sous le coup de l'émotion. Il a donc demandé la confirmation du verdict de première instance.

(ats/nxp)

Créé: 29.11.2016, 20h06


Sondage

Profitez-vous pleinement du Black Friday?





Sondage

Parvenez-vous à épargner, chaque mois?




Publicité

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.