Dimanche 21 juillet 2019 | Dernière mise à jour 16:08

Suisse Le Conseil fédéral soutient la formation d'imams

Pour lutter contre les prêches haineux, le gouvernement est en faveur d'une formation continue pour les imams.

Image d'illustration - Des personnes visitentl a salle de priere de lamosquee de l'Association culturelle musulmane de Payerne

Image d'illustration - Des personnes visitentl a salle de priere de lamosquee de l'Association culturelle musulmane de Payerne Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Conseil fédéral soutient la formation d'imams en Suisse, notamment pour lutter contre les prêches haineux. La question relève toutefois des cantons. Quant aux moyens pour se prémunir des prédicateurs étrangers, le gouvernement les juge suffisants.

Il est important de créer des possibilités de formation continue pour les imams, vu le rôle qu'ils peuvent jouer dans l'encadrement religieux et l'intégration des étrangers, souligne le Conseil fédéral dans sa réponse publiée lundi à une interpellation de la conseillère nationale Rosmarie Quadranti (PBD/ZH).

Dans le périmètre des cantons

Tout en soulignant que la réglementation des rapports entre l'Eglise et l'Etat relève des cantons, il juge judicieuse la mise en place institutionnalisée de programmes de perfectionnement et soutient la création du Centre suisse Islam et société à l'Université de Fribourg, qui sera officiellement inauguré le 13 juin.

La menace d'un vote populaire plane encore sur ce centre. Le Tribunal fédéral doit se prononcer sur l'invalidation par le parlement cantonal d'une initiative de l'UDC qui veut interdire cette institution et empêcher toute «formation étatique d'imams».

Lutter contre les prêches haineux

Pour le reste, le Conseil fédéral estime que le droit actuel suffit pour combattre les prêches haineux. L'incitation à la violence et au racisme sont punis pénalement. Et dès octobre, la justice pourra prononcer une expulsion si la personne condamnée est étrangère.

Tout soutien aux organisations comme Al-Qaïda ou Daech est passible de poursuites. L'Office fédéral de la police peut en outre prononcer des interdictions d'entrée et des expulsions à l'encontre de prédicateurs étrangers menaçant la sécurité.

Si des prêcheurs de haine constituent une menace pour l'ordre public, l'interdiction d'entrée est de la compétence du Secrétariat d'Etat aux migrations. Et s'ils se trouvent déjà en Suisse, les cantons peuvent leur retirer leur permis de séjour ou d'établissement et les renvoyer. (ats/nxp)

Créé: 06.06.2016, 13h45

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.