Samedi 4 avril 2020 | Dernière mise à jour 14:41

Refuges Coronavirus: «N'abandonnez pas vos animaux!»

La SPA rappelle que nos compagnons à quatre pattes ne sont pas vecteurs du COVID-19 et se prépare à accueillir ceux des patients hospitalisés.

Les experts s'accordent à dire que les animaux de compagnie ne sont pas vecteurs de la maladie.

Les experts s'accordent à dire que les animaux de compagnie ne sont pas vecteurs de la maladie. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des articles alarmants annonçant l'abandon massif d'animaux de compagnie suspectés de transmettre le coronavirus déferlent sur internet.

Inquiet mais sceptique, Alain Zwygart, administrateur de la société vaudoise pour la protection des animaux (SVPA), a mené l'enquête auprès de plusieurs refuges animaliers de Suisse romande afin de vérifier le bien-fondé de cette triste tendance.

Le virus ne survit pas dans les poils

Son constat est rassurant. «Il n'y a pas d'explosion d'abandons pour l'instant, affirme-t-il. Ce sont des «fake news» et c'est tant mieux. Les Suisses font preuve de bon sens. Mais il est vrai que les gens s'inquiètent et s'interrogent: nous recevons de nombreux appels. Difficile de prévoir leurs réactions à l'avenir.»

Même son de cloche du côté de la Protection Suisse des Animaux (PSA) à Bâle. «La courbe est stable aujourd'hui, mais rien ne nous préserve d'une vague d'abandon. Pour éviter le pire, il est de notre devoir d'informer les gens: n'abandonnez pas vos animaux! Ils ne jouent aucun rôle dans la transmission de coronavirus», martèle Helen Sandmayer, responsable de la communication.

En effet, les experts s'accordent à dire que les animaux de compagnie ne sont pas vecteurs de la maladie. «Le seul risque, serait qu'une personne contaminée caresse un chien juste avant qu'une personne saine ne le fasse. Mais comme sur la plupart des objets, le virus ne survit pas très longtemps sur les poils. Le facteur risque est quasiment nul», rassure Alain Zwygart qui rappelle que nos animaux, eux, ne développent pas la maladie comme nous.

Refuges fermés

Pour limiter les risques de propagation du virus, la grande majorité des refuges animaliers suisses ont fermé leurs portes au public. Les employés sont bien sûr toujours présents pour prendre soin des animaux, mais les visites et les placements sont suspendus. Les promenades de chiens qui étaient assurées par des bénévoles également.

Pour les cas spéciaux, certains services sont maintenus. Le refuge Sainte-Catherine à Lausanne reste ouvert à la réception d'animaux pour les cas d'urgence et pour assurer la pension des animaux appartenant à des personnes atteintes du COVID-19 et qui ne pourraient plus s'en occuper, notamment en cas d'hospitalisation.

«Mais pour éviter toute saturation, ces personnes sont invitées dans la mesure du possible à confier leurs animaux à des proches», indique Alain Zwygart. Les animaux en pension ou abandonnés pourront être replacés après la crise, lorsque les refuges rouvriront leurs portes.

L'occasion de dorloter son animal

Pour l'heure, les experts animaliers voient plutôt d'un bon œil les mesures de confinement. «Je suis plutôt confiant, dédramatise l'administrateur de la SVPA. Les Romands savent prendre soin de leurs animaux et c'est une occasion unique de le faire: rester à la maison, leur consacrer du temps et toute l'attention qu'ils méritent.»

Laura Juliano

Créé: 25.03.2020, 14h10

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.